je soutiens...

dans Pratique

Il ne s’agit en aucun cas, dans cette page, d’en appeler à une quelconque charité. Je refuse l’hypocrisie qui consiste à libérer sa conscience à peu de frais, en se délestant de quelques €uros, au prétexte de faire une "bonne action".

Je suis profondément athée et je ne me reconnais pas non plus dans le message d’apitoiement chrétien, respectable au demeurant pour ceux qui le pratique, mais qui ne correspond pas à mes convictions. Je préfère en appeler à cet altruisme caractérisant si bien l’espèce humaine, qui pour être capable parfois de la pire des cruautés, s’honore d’une disposition tout aussi puissante à la solidarité. Ce sentiment qui nous fait réagir face à la détresse d’autrui et nous incite à vouloir lui venir en aide s’affronte depuis des millénaires à la tentation de l’égoïsme et de l’indifférence. C’est grâce à la coopération et non le « chacun pour soi », que de génération en génération, nous avons pu survivre et progresser. Un lien indéfectible relie la dette au don. C’est parce que nous avons bénéficié de la bienveillance de notre entourage que nous avons pu grandir. Cette dette, nous ne pouvons nous en acquitter qu’en donnant à notre tour. Celles et ceux qui reçoivent, deviennent redevables à leur tour. Ils se libèreront de ce dû, en trouvant à qui donner. Ce processus s’opère naturellement dans la famille : les enfants règlent leur dette à leurs propre parents en devenant eux aussi des parents attentifs avec leur propres enfants ! Mais cette chaîne de solidarité est tout aussi recevable, quand elle s’applique à tout membre de la communauté humaine. Parrainer des actions de solidarité, ce n’est donc pas se montrer généreux, c’est servir de relais à la transmission de la vie, c’est rendre ce qu’on nous a donné, c’est assumer notre posture d’être humain.
Les parrainages sont des dons réguliers consentis par des particuliers. Ce financement privé ne doit pas remplacer les politiques publiques. Il vient les compléter. Il concrétise un engagement citoyen. L’État n’est pas complètement absent de cet acte de solidarité, puisque depuis le 1er janvier 2005, la Loi de Finances accorde aux donateurs une réduction d’impôt égale à 75% du montant de leurs dons annuels jusqu'à 510 € (quand il y a aide aux personne en difficulté), et 66% pour la part des dons comprise entre 479 € et 20% du revenu imposable. Ainsi 20 € de dons mensuels, après le crédit fiscal, se réduisent respectivement à 5 ou 6,80 €.

 
Permis de construire

La société doit prendre en considération ce sujet difficile qu’est la réinsertion des sortants de prison et des personnes placées sous main de Justice confrontées à des problématiques judiciaires, éducatives, personnelles multiples qui les empêchent d'intégrer de façon autonome et complète la société. Soutenir ces personnes et notamment les plus fragiles et les plus vulnérables est une nécessité. Toute personne, même si elle a commis des fautes, est une personne en devenir. Plutôt que de la stigmatiser, évacuons nos propres préjugés et nos idées reçues. « Oser leur faire confiance, contribuer à la réussite de leur réinsertion c'est aussi, pour la société, éviter la récidive et améliorer la protection de l'ordre public. C'est là tout le sens de notre action  » proclame Cyril Maury, fondateur de l’association. Permis de Construire se donne pour mission de soutenir ces personnes dans leur parcours de réinsertion sociale contribuant ainsi aux alternatives à la détention et à la lutte contre la récidive. L'association l’aide à élaborer son projet de vie, en prenant appui sur ses talents et ses désirs et en posant sur elle un regard bienveillant et positif. L’association a également pour ambition de partager son expertise pour inspirer les choix et les orientations des pouvoirs publics.
www.assopermisdeconstruire.org
Cf reportage : « Permis de construire : le droit de rêver »

 

Sillage 

Créée en 1993, par Alain Berteloot, l’association SILLAGE se donne pour ambition d’accompagner des mineurs délinquants en leur proposant un mode original de réinsertion : la mer, cet univers différent où l’on ne triche pas. Dès les premières années, une riche expérience a été accumulée avec des groupes tant de mineurs que d’adultes très différents par les problématiques concernées : toxicomanie, délinquance, errance, prostitution, incarcération, handicap physique, handicap mental. En 1995,  Sillage obtient l’agrément « structure d’accueil non traditionnelle ». Le 1er mai 1999 Sillage est habilité C.E.R (Centre éducatif renforcé maritime). Soucieux de répondre à une demande sans cesse croissante de la part de nos partenaires sociaux, publics ou associatifs Sillage décide d’élargir ses actions en créant deux structures supplémentaires. La première, Voile et handi-cap permet à toutes les personnes handicapées physique ou mentales d’embarquer sur nos voiliers. La seconde, Voile pour tous permet aux établissements médicaux sociaux et à toutes les structures associatives ou à caractère social, d’organiser des transferts ou des séjours maritimes à bord de ses voiliers. Depuis sa création, Sillage a su respecter une gestion rigoureuse, acquérir le professionnalisme nécessaire en s’entourant de compétences tant techniques qu’ éducatives sans lesquelles une telle expérience aurait rapidement périclité. Cela lui a valu la reconnaissance des Ministères de la Jeunesse et Sport, de la Cohésion Sociale et de la Justice.
www.sillage.asso.fr
Cf reportage : « La délinquance est-elle soluble dans l’eau de mer »

 

Toit à moi

« Ce matin André s’est levé tôt. Il a pris un solide petit-déjeuner en pensant à tous les projets qu’il avait, professionnels et personnels. La radio jouait sa chanson préférée. Décidément, la journée commençait bien ! Son rendez-vous avec l'accompagnatrice de l’association “Toit à Moi” était prévu à neuf heures. En attendant Marie, il s’est posté à sa fenêtre.
toit_a_moi.jpg Il regardait les premiers flocons de neige de l’hiver qui approchait... il pensait à sa vie d’avant...avant qu'il n’ait un Toit. La neige, alors, il la détestait. Quand on dort dehors, elle est terrible... Depuis, tellement de choses ont changé dans sa vie! Il voulait à tout prix s’en sortir, alors l'association Toit à Moi a décidé de l’aider. L'association, mais aussi vous, moi, tous ceux que la misère sociale ne laisse pas indifférents. Une centaine de Parrains, des gens comme vous et moi favorisés par la vie qui se sont engagés à financer son appartement, pour une poignée d’euros par mois, et à donner un peu de leur temps, de leurs compétences, avec générosité, à ceux qui n'ont plus rien. Comme eux, vous pouvez rejoindre l’association Toit à Moi pour que cette histoire devienne réalité et que beaucoup d’autres, comme André, sous leur Toit, trouvent la neige belle à regarder... »
capture.jpg Le parrainage proposé par l’association Toit à Moi permet l'achat de logements, grâce à un emprunt bancaire remboursé sur une durée de 5 ans. Il faut environ 100 parrains à 20 €/mois, pour permettre de loger une personne et de mener nos actions de réinsertion. Le logement est acheté une fois le nombre minimum de parrains atteint. Au 1er octobre 2010, deux logements ont déjà été achetés. L’objectif est d’en acquérir un troisième.
118 parrains soutiennent cette association … Il en faut plus.
www.toitamoi.net

cf. reportage « Toit à moi ou comment ne plus rester passif »
 




Pouponnière Vivre-ensemble Madesahel

En France, une maman mettant en danger son nourrisson se le voit retirer. Au Sénégal, on peut naître et mourir dans l’indifférence généralisée, simplement parce que sa mère ne peut plus vous allaiter, par manque de lait, du fait de sa maladie ou pire de sa mort. Michèle Buron-Millet, responsable d’un séjour de rupture au Sénégal, a décidé d’essayer de rendre ce que ce pays apportait aux adolescents en grande difficulté. Sans se poser plus que cela la question de la possibilité de ce qu’elle entreprenait, elle se mit à accueillir des bébés en danger de mort dans sa propre case : un premier début 2002, six en juillet, 18 en décembre de la même année … 183 aujourd’hui. Depuis, elle n’a cessé d’agir et d’entreprendre des actions même les plus improbables, comme la construction d’une pouponnière neuve qui vient d’être achevée, après quatre ans de travaux. Cette femme entraînant derrière elle toute une équipe de sénégalais qui ne regardent ni le temps, ni l’énergie dépensée, a fait sienne la maxime de George Bernard Shaw : « certains voient les choses telles qu’elles sont et se demandent pourquoi. Moi, je rêve de l’impossible et je me dis : pourquoi pas ». sngal_2010_50_2.jpg Vivre ensemble-Madesahel ne peut accueillir toute la misère du monde. Et pourtant, elle semble prête à le faire, au risque de frôler régulièrement la rupture de ses moyens tant financiers qu’humains. Mais, comment refuser l’accueil d’un nourrisson que sa famille apporte dénutri et décharné, après plusieurs jours de marche dans la savane ? Ces gens-là seraient prêts à donner leur chemise. Leur action a besoin d’être soutenue.
Au 1er octobre 2010, 93 parrains soutenaient cette association ... Il en faut plus.
  www.madesahel-vivre-ensemble.org

cf. reportage « Sénégal : sur les pas de ’’Vivre ensemble-Madesahel’’ »