bannire_jack_drte.jpg
Accueil arrow Billets d'humeur arrow Billets d'humeur 2012 arrow Maltraitance : mode d’emploi
Maltraitance : mode d’emploi Version imprimable Suggérer par mail


Maltraitance : mode d’emploi

A 40 ans, vous êtes le père trois enfants âgés de 8, 13 et 15 ans. Vous en avez récupéré la garde, suite aux mauvais traitements qu’ils ont subis de la part de leur mère. A votre tour, vous vous mettez à les battre, seize mois durant : coups de pieds, coups de poings, claques, insultes, avec l’utilisation au besoin d’une clé à molette. Vous finissez par vous retrouver devant la justice. La tête entre les mains, vous bredouillez devant le magistrat qui vous juge, que vous ne comprenez pas ce qui vous a pris. « Peut-être, que c’est dû au stress et au manque de confiance en soi » lâchez-vous, benoîtement. Ben voyons. Et puis, surtout, vous engagez une thérapie. Votre avocate explique que vous avez été un enfant battu. Et voilà, le tour est joué : six mois d’emprisonnement avec sursis et de 800 à 2.000 euros de dommages et intérêts pour les enfants. Ah oui, ne pas oublier : commettez votre forfait dans la juridiction de la Roche sur Yon. Pas cher payé, pour tant de violence. S’il n’est pas question, ici, de se faire le chantre de l’incarcération pour les parents maltraitants, on ne peut que s’interroger sur le message de banalisation que vient de leur adresser la justice. La même mansuétude n’est pas de mise, quand un adolescent agresse, sur un coup de colère un adulte, qu’il soit policier, enseignant ou élu. On ne va quand même pas tout mélanger. Le pouvoir de correction lié à la puissance paternelle a disparu en 1935. Mais, pas partout, semble-t-il.

geluck__k4on8zk2__xx.jpg

 

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°1075 ■ 20/09/2012

 

 
< Précédent   Suivant >
© 2018 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.