bannire_jack_drte.jpg
Respect Version imprimable Suggérer par mail


Respect

 

Yvonne Mutimura, rescapée du génocide rwandais, témoigne sur France Inter. Toute sa famille a été massacrée, sa mère en premier qui avait pourtant enseigné comme institutrice à tous les enfants du village. Croisant l’un des meurtriers, qui lui avoue avoir tué quarante personnes, Yvonne Mutimura décide de ne pas le dénoncer : il avait 14 ans, au moment des faits. « J’ai vu ce que c’est que de supprimer un être humain. Je ne voulais pas, à mon tour, avoir du sang sur les mains. Je voulais qu’ils gardent cette culpabilité, que ce soit lourd pour eux ». Ce témoignage laisse d’abord sans voix. On ne sait que rajouter à cette profonde souffrance qui ne réussit à survivre qu’à travers une impressionnante manifestation d’altruisme. Mais, au-delà de l’émotion, il faut recommencer à penser. On distingue quatre façons de rendre justice. Elles ne sont pas chronologiques et s’interpénètrent, selon les époques. On les retrouve autant dans certaines civilisations premières, que dans les pays développés. Il y a d’abord la vendetta : représailles privées consistant à laver l’honneur d’une famille ou d’un clan victime, en agressant celle ou celui qui en est responsable (mais tout autant sa famille ou son clan considéré comme collectivement responsable). Puis, vient la loi du talion : « œil pour œil, dent pour dent » qui constitue un notable progrès, puisque s’établit une équivalence entre le dommage et son « rachat » : pour une main coupée, on coupe la main du coupable. La justice rétributive, quant à elle, fixe un coût de nature indirecte avec le préjudice causé pour chaque transgression: telle infraction vaut telle peine d’amende ou d’emprisonnement. Enfin, la justice restaurative : rendre justice n’est plus alors lié à une vengeance cherchant à faire souffrir l’autre, mais revient à restaurer le lien, reconnaître la souffrance occasionnée et la réparer. En refusant d’exiger du sang contre le sang versé, Yvonne Mutimura nous donne là, une impressionnante leçon d’humanité.

 

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°1141 ■ 15/05/2014

 

 
< Précédent   Suivant >
© 2018 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.