bannire_jack_drte.jpg
Bizutage Version imprimable Suggérer par mail


Bizutage

Le 7 juillet, quatre jeunes adultes ont été condamnés à huit mois de prison avec sursis et huit mille euros de dommages et intérêts. Leur délit ? Avoir participé, à l’université Paris Dauphine, à un bizutage. A la rentrée 2011, ils avaient poussé très loin les humiliations infligées à un étudiant : torse nu, le pantalon baissé et à genoux, des lettres avaient été gravées dans son dos, à l’aide d’une capsule de bière. Pour leur défense, les prévenus ont évoqué le poids de la tradition. Interdites par une loi de 1996, ces pratiques perdurent, malgré tout. Structuré autour d’une hiérarchisation pernicieuse entre anciens et nouveaux élèves, ce rite stimule ce qu’il y a de plus malsain chez l’être humain : domination et arbitraire chez les uns, résignation et servilité chez les autres. En 1971, le psychologue Philipp Zimbardo mena une expérience à l’université de Stanford auprès de dix huit étudiants volontaires, sélectionnés pour leur maturité et leur stabilité. Il divisa le groupe, au hasard, en deux, chaque moitié devant prendre le rôle respectivement de prisonniers (habillés en longues blouse et en tongs) et de gardiens (vêtus en uniforme kaki et dotés de matraques en bois). La cruauté et le sadisme manifestés par certains « gardes », le traumatisme émotionnel subi par les « détenus » incitèrent à mettre un terme au « jeu », au bout de six jours, au lieu des deux semaines prévues. Ce qui fut désigné comme l’« effet Lucifer » peut expliquer la propension de certains acteurs des bizutages, à se transformer en tortionnaires. Mais le pire est sans doute de constater la reproduction de l’humiliation subie. Loin de se révolter et/ou d’éviter à autrui ce qu’elles ont vécu, les victimes prennent un plaisir pervers à lui imposer les épreuves qu’elles ont elles-mêmes endurées. On retrouve là, les mécanismes intergénérationnels dans la maltraitance. Mais, finalement, ce bizutage n’est-il pas le miroir d’une société qui valorise les meilleurs et stigmatise les perdants ?

 

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°1147 ■ 18/09/2014


 
< Précédent   Suivant >
© 2018 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.