bannire_jack_drte.jpg
Accueil arrow Livres arrow Délinquance arrow Adolescents criminels un jour
Adolescents criminels un jour Version imprimable Suggérer par mail

 

« Adolescents criminels un jour »

Bernard ZEILLER et Simone COURAUD, C.N.E.F.P.J.J. 54 rue de Garches 92420 Vaucresson, 1995, 248 p.           

 

S’il y a bien un événement qui est vécu dans le drame et la stupéfaction, c’est l’acte criminel commis par un enfant ou un adolescent. Comment cela peut-il se passer ? Peut-on l’éviter ? Il y a-t-il des personnalités qui se prêtent plus facilement à ce genre d’actes ? Les questions se pressent les unes après les autres sans réussir à trouver de réponses adéquates. Pour tenter d’y voir plus clair, une étude a été confiée par le ministère de la Justice à un groupe de chercheurs de l’INSERM. Il s’agissait de travailler sur la population des mineurs de six Tribunaux de Grande Instance, ayant été jugés en 1984 et 1985 au titre d’une instruction criminelle. C’est ainsi que 106 situations ont été étudiées: 100 sont des garçons, 39 cas seulement ont déjà eu affaire à la justice et 80% sont âgés de 16 à 18 ans au moment des faits. Un échantillon de 16 sujets a été soumis à des entretiens et des tests de personnalité. Que ressort-il de cette recherche ?

Les adolescents concernés n’ont pas prémédité froidement leur acte. Celui-ci est bien plutôt le résultat d’un débordement pulsionnel court et incontrôlé. Ce comportement n’est pas dû au hasard. Il est le pur produit d’une structure familiale qui n’est ni contenante, ni structurante. Les difficultés commencent dès les toutes premières années de la petite enfance. Un père absent ou incapable d’assurer sa fonction, une mère soit dépressive, soit fusionnelle ne laissant pas d’espace propre pour l’enfant: il y a défaillance des rôles parentaux de soutien et de protection. L’absence de triangulation conforte dès lors l’individu dans son illusion de toute puissance, rendant difficile l’acceptation des exigences de la réalité. L’organisation psychique saine protège l’être humain à la fois de l’intérieur (contre ses pulsions) et de l’extérieur (contre les frustrations et les échecs). Ici, rien de tel: le jeune met alors en avant des modes de défense archaïques qui se manifestent notamment par une mise à distance tant des émotions que des désirs et des sentiments jugés dangereux car incontrôlables. L’acte criminel peut servir de moyen ultime de prise de recul à l’égard d’une situation trop proche ou trop pénible. La défaillance narcissique peut de son côté agir comme un puissant accélérateur du besoin d’être craint comme compensation de l’impossibilité d’être aimé.

L’étude de Zeiller ne se contente pas de poser le constat du rôle essentiel de l’histoire familiale dans la destinée des mineurs criminels.  Elle  se projette dans la perspective de leur insertion, de leur rééducation et de leur rachat. Aussi propose-t-elle l’accompagnement thérapeutique de la détention, son ouverture vers l’extérieur et un relais pris par des peines de substitution. A cet effet, un tuteur doit prendre en charge le mineur et le suivre tout au long de son incarcération. Enfin, les droits civils doivent être restitués à l’issue de la peine, afin d’en finir avec cette mort civique contraire à toute réhabilitation.

 

Jacques Trémintin – Septembre 1995

 

 

 
Suivant >
© 2019 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.