bannire_jack_drte.jpg
Accueil arrow Livres arrow Travail social arrow L’Intervention de Réseau
L’Intervention de Réseau Version imprimable Suggérer par mail

 

« L’Intervention de Réseau: une pratique nouvelle »

Claude BRODEUR et Richard ROUSSEAU, Edition  France-Amérique, 223 p., 1984

 

Case-work, Analyse Transactionnelle, approche Systémique, travail social de Groupe ou d’Intérêt Collectif, les différentes méthodologies d’intervention se sont multipliées depuis 50 ans... Une des petites dernières sur le marché, c’est « l’Intervention de Réseau ».

 

L’ouvrage de Brodeur et Rousseau reste le livre de référence de cette méthodologie d’action sociale qui nous vient d’outre-Atlantique. Créée en 1966, elle a connu un certain essor tant sur le plan thérapeutique que social. C’est ce dernier domaine qui est privilégié ici.

Rejetant tant l’autoritarisme totalitaire que le libéralisme, la pratique de Réseaux vise à répondre au double mouvement dialectique qui pousse la société à la fois vers la collectivisation et l’individualisation et l’ individu vers  la dépendance et l’autonomie. Elle vise à remettre au premier plan le culturel considéré comme le fondement de l’action devant le politique et l’économique. L’objectif est bien de libérer la personne de toute aliénation de ses besoins.

A la base de cette pratique, il y a ces deux réseaux distincts l’un de l’autre. Le Réseau Primaire tout d’abord qui regroupe autour de l’individu tous ceux avec qui il va interagir dans sa vie quotidienne. Ce sont les membres de sa famille, de son voisinage, ses mais, les collègues de travail, mais aussi les membres de la classe sociale, de la profession, de la communauté ethnique auxquelles  il appartient. Le Réseau Secondaire, quant à lui, est constitué par les Institutions Sociales (Ecole, Hôpital, Administration, ...) qui se sont appropriés la responsabilité de définir les besoins de la population. Il s’agit donc bien de redonner au Réseau Primaire le contrôle de sa propre problématique en facilitant sa prise de conscience sur ses capacités et aptitudes et en l’épaulant dans la prise-en-charge de la résolution des problèmes auxquels il est confronté.

Cela peut s’opérer au travers de 4 étapes successives. La première phase concerne l’élaboration d’une dynamique entre le demandeur et l’intervenant. Ce dernier doit garder l’opportunité d’exprimer ses réalités à la fois individuelles et collectives. Puis vient une phase de transition au cours de laquelle une négociation est engagée avec le Réseau Primaire de l’usager afin qu’il prenne en charge la résolution du problème. Cette action peut entraîner alors  une période de résistance liée en général à la déception de ne pas se voir proposer « comme d’habitude » une solution  par un travailleur social perçu  comme un « expert ». Mais c’est aussi une période de mobilisation qui peut déboucher sur la troisième phase, celle de la conscientisation. Les tenants et aboutissants étant clairement repérés, on aboutit à la dernière phase dite d’« action» qui permet de faire avancer et évoluer la situation.

Une telle méthodologie nécessite de la part de l’intervenant une disponibilité, une authenticité et une ouverture au fonctionnement collectif qui le positionnera en tant que catalyseur et révélateur et non agent d’ordre et de contrôle.

 Brodeur et Rousseau donnent dans leur ouvrage toute une série de précisions quant au déroulement technique de l’Intervention de Réseau et proposent deux monographies qui permettent d’illustrer les pratiques.

             

Jacques Trémintin - LIEN SOCIAL ■ n°324 ■ 19/10/1995

 

 
< Précédent   Suivant >
© 2019 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.