bannire_jack_drte.jpg
Les chiens aboient Version imprimable Suggérer par mail


Les chiens aboient, la caravane passe

Une fois de plus, certaines associations de lutte contre la maltraitance des enfants ont tenté d’instrumentaliser le procès des parents meurtriers de Marina, pour vomir leur haine sur les services de protection de l’enfance. C’est que ces champions du yaka, faukon ont trouvé la solution pour éradiquer les mauvais traitements subis par les mineurs. Si on les écoutait un peu plus, il n’y aurait plus d’enfants malheureux… En réalité, ils surfent sur l’émotion, pour tenter de convaincre l’opinion publique de la culpabilité de boucs émissaires, d’autant plus faciles à stigmatiser qu’ils ne peuvent se défendre, refusant de mettre sur la place publique les détails de la vie privée des enfants accompagnés, pour se justifier. Ils ont fait de la maltraitance leur fond de commerce, pour apparaître comme les seuls vrais défenseurs de la veuve et de l’orphelin. Mais, une fois de plus, ils se sont ramassés, la complexité de la situation s’étant révélée, tout au long du procès. Une petite victime prisonnière de la loyauté qui la lie à ses parents, au point de nier toute maltraitance, lors d’une audition enregistrée devant les gendarmes. Des travailleurs sociaux qui excluent de porter la suspicion sur tous les parents des 150.000 enfants placés dans notre pays, au prétexte que certains les violent ou se comportent comme d’ignobles brutes. Nos justiciers ont du ravaler leur fiel… jusqu’au prochain drame, qui leur permettra de le recracher à nouveau.

chiens.jpg

 

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°1069 ■ 05/07/2012

 

 
< Précédent   Suivant >
© 2018 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.