bannire_jack_drte.jpg
Accueil arrow Livres arrow Education spécialisée arrow Faut-il aimer pour accompagner ?
Faut-il aimer pour accompagner ? Version imprimable Suggérer par mail


« Faut-il aimer pour accompagner ? »
MOREL Didier, in « Malaise dans la relation » Le Sociographe n°36, septembre 2011

Comment faire face aux sentiments éprouvés qui s’imposent à nous sans les avoir recherchés, dans l’accompagnement ? Posée autrement, la question est bien de savoir si la présence de l’Autre nous est plus ou moins agréable. Didier Morel répond à cette interrogation fondamentale, tout d’abord, en s’attaquant du poncif largement répandu, fixant comme condition première de toute relation avec des enfants, le fait de les aimer. Effectivement, ne pas apprécier leur compagnie semble une contre-indication majeure à l’exercice d’une profession amenant à les côtoyer au quotidien ! Pour autant, ce qui est le plus important, ce n’est pas tant l’estime qu’on leur porte que le respect qu’on accorde à leur singularité, à leur problématique et à leur cheminement. L’éthique, la raison et le recul réflexif sauvent alors ce que n’assure pas l’aspect sensible de la relation. S’opposant à la logique binaire, l’auteur propose une synthèse dialectique de cette apparente opposition : « je maintiens donc qu’il faut aimer ceux dont nous avons la charge ». Mais pas de n’importe quel amour : de celui qui prend en considération, bien au-delà des affects. C’est la philosophie grecque qui nous le fait comprendre. Si Eros renvoie à l’amour teinté de désir et de possession de l’autre, Philia correspond plus à cette amitié fondée sur une relation d’estime mutuelle, d’égal à égal et de réciprocité. L’Agapè, quant à elle, s’abreuve à la compassion, à la bienveillance et à la sollicitude. Elle constitue un don, n’attendant rien en retour. On ne peut être vraiment disponible à l’Autre, si l’on cherche avant tout à satisfaire, à travers lui, ses propres besoins ou s’il nous intéresse juste le temps de son utilité. L’affectif sur le lequel surfe le professionnel relèverait donc de cette Agapè déployée, dans une posture de gratuité altruiste qui ne recherche aucune compensation en échange.

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°1154 ■ 08/01/2015

 

 
< Précédent   Suivant >
© 2018 www.tremintin.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.