Les murs bleus

dans LIVRES

YTAK Cathy, Éd. Le Muscadier, 2018, 166 p.

Quand, après sept ans d’absence, Antoine débarque à Paris avec Loirinho, un petit garçon de cinq ans, il s’est donné deux objectifs : faire soigner l’enfant quasiment aveugle et réintégrer son pays de naissance. S’il s’est enfui au Brésil, c’est pour échapper à la condamnation à mort que lui a valu sa désertion au moment de la guerre d’Algérie. Depuis, une loi a amnistié tant les tortionnaires qui ont torturé, violé et massacré que tous ceux qui ont refusé de participer à un conflit qui n’était pas le leur, mais celui d’une puissance coloniale refusant de laisser la nation qu’elle opprimait, disposer de son propre destin. Cathy Ytak alterne les descriptions de terribles scènes de cette ignoble guerre et le séjour de cet enfant et de son protecteur. Deux enjeux se superposent : donner la mort ou rétablir la vision. En même temps que Loirinho peut à nouveau contempler le monde, nous ouvrons enfin les yeux sur ce passé guère glorieux que plus de 15 000 appelés sauvèrent du déshonneur en jetant leurs armes à terre.

 

Jacques TrémintinLIEN SOCIAL ■ n°1285 ■ 08/12/2020