Derrière vos portes. Coulisses d’un service d’aide à domicile

MOUCHENIK Dafna, Éd. Michalon, 2018, 258 p.

Quittant un poste de fonctionnaire dans une commune, Dafna Mouchenik a décidé de créer à 31 ans sa propre entreprise d’aides à domicile. Pas vraiment pour faire des bénéfices. Reconnaissant n’avoir aucune compétence en gestion, elle finira par recruter un comptable, après avoir compris qu’à force de négliger les factures impayées, elle n’allait plus pouvoir continuer à payer ses quatre-vingt salariés. Non, ce qui l’intéresse, c’est de prendre soin des petites gens, ceux qui se montrent si

En lire plus

Les aides à domicile. Un autre monde populaire

AVRIL Christelle, Éd. La Dispute, 2014, 290 p.

Il manquait une étude sociologique sur ce monde habituellement laissé dans l’ombre de l’aide à domicile. Christelle Avril a comblé cette carence, en s’appuyant sur une vaste enquête de terrain au cours de laquelle elle a pu observer, dialoguer et même exercer ce métier. Fortes de 30 000 salariées dans les années 1970, elles sont aujourd’hui plus de 500 000 à intervenir auprès des personnes âgées. Mais, cette notable croissance n’a pas remis en cause la précarité dans laquelle cette fonction

En lire plus

Philosophie et éthique en travail social

MERLIER Philippe, Éd. EHESP, 2020,188 p.

Tant qu’à choisir, Philippe Merlier renoncerait à la bientraitance (qui s’aligne sur des normes de bonne pra­tique) pour la bienfaisance (faire le bien d’autrui). Mais, plutôt que la bienfaisance, il opterait pour la bienveillance (veiller au bien d’autrui). Et au lieu de la bienveil­lance, il préfèrerait la bienveuillance (vou­loir son bien). Bienvenue en philosophie ! Ce livre décortique bien des concepts que véhiculent les codes et chartes éthiques. Après l’avoir lu, le lecteur ne pourra plus les

En lire plus

Sociologie de l’intervention sociale

ASTIER Isabelle et MEDINI Arezki, 2019, Éd. Armand Colin, 174 p.

Jusqu’aux années 1970, le modèle social français de l’Etat providence a nourri l’ambition de libérer la société du besoin, en s’appuyant sur une duali­sation : les assurances sociales bénéfi­ciant aux citoyens ayant cotisé et la soli­darité nationale destinée à soutenir les populations envers qui un devoir d’en­traide s’imposait. Une mutation majeure est intervenue, quand les droits individuels ont été hissés au rang de valeur centrale. Ces droits privés ont établi une

En lire plus

Introduction à la démarche éthique dans le travail social

BONJOUR Pierre, Éd. Erès, 2017, 242 p.

Avec ses soixante-trois textes, notre pays n’est pas avare en références déontologiques. Pour s’y retrouver, il faut distinguer la morale (qui est un rapport de soi aux autres) de l’éthique (qui est un rapport de soi à soi). Mais, il faut aussi éviter de réduire l’éthique à un objet aux contours nets et définitifs, ce qui en ferait le guide spirituel infaillible d’une idéologie dogmatique. Parce qu’il y en a pléthore : éthiques de discussion, de conviction, de responsabilité, de situation, positive

En lire plus

Pratiques d’orientation clinique en travail social

PONNOU Sébastien et NIEWIADOMSKY Christophe (sous la direction), Éd. L’Harmattan, 2020, 300 p.

A pratique basée sur des données probantes, qui nous vient du monde anglosaxon, a pour ambition de pas­ser en revue la littérature spécialisée pour identifier les thérapeutiques les plus ajus­tées à une pathologie donnée. La tenta­tion d’appliquer cette méthode au travail social colle aux valeurs de performance et de réussite qui visent à sa rentabilisa­tion et à la baisse de ses coûts. Une telle démarche est aux antipodes de la polysé­mie qui

En lire plus

Le pair-aidant : un nouvel acteur du travail social ?

BONNAMI Alain, Éd. ESF, 2019, 185 p.

Les travailleurs sociaux sont le plus souvent titulaires d’un diplôme d’État. Pourtant, un nouveau partenaire est dorénavant fondé à intervenir : l’usager qui soutient un autre usager. La pratique n’est pas nouvelle, prenant ses racines dans la tradition du Self-help, cette solidarité entre personnes confrontées aux mêmes difficultés que l’on retrouve dès les épidémies du moyen-âge. Mais, c’est avec les Alcooliques anonymes, créés en 1935 aux USA, qu’émerge la notion moderne de pair-aidant. Celle

En lire plus

L’interdisciplinarité au service du travail social

ALLIERES Gilles, SAINT ANDRE Stéphane, Ed. Chronique Sociale, 2019, 166 p.

Le travail en partenariat est devenu la dernière injonction à la mode. Voilà un ouvrage essentiel qui, en écartant l’écume, lui préfère une conceptualisation fertile, illustrée par une application innovante. Le travail social n’étant pas un univers de l’entre-soi, de l’unilatéralité et de renfermement, il est intrinsèquement appelé à pulvériser les cloisons entre les disciplines humaines qui l’alimentent. Entre la mono-disciplinarité stérile qui a pu s’imposer et la

En lire plus

Vous avez dit "usager" ?

JANVIER Roland, Éd. ESF, 2018, 163 p.

L’action sociale est prise aujourd’hui dans des évolutions sociétales majeures qui l’amènent à se transformer radicalement. Elle est de plus en plus poreuse aux sirènes lucratives et concurrentielles, sous l’influence de l’antienne néolibérale qui cherche à éradiquer toutes les formes instituées au profit de la libre initiative des individus. D’un côté, des technophiles qui multiplient les outils permettant de placer l’« usager au centre », en étant persuadés que la solution à tous les problèmes consiste

En lire plus

Le travailleur social face à l’incertain

LOULI Jonathan, Éd. L’Harmattan, 2019, 225 p.

S’il est bien un secteur du travail social qui subit de plein fouet la volonté néo-libérale de rationalisation, c’est celui de la prévention spécialisée : réductions budgétaires, dé conventionnements, injonctions quant aux objectifs et moyens d’action etc… Jonathan Louli en fait une démonstration limpide à travers cette recherche sociologique et anthropologique qui donne la parole aux professionnels de terrain. Les éducateurs de rue commencent à travailler aux lendemains de le seconde guerre

En lire plus