Réinventer l’association

LAVILLE Jean-Louis, 2019, Ed. Desclée de Brouwer, 235 p.

L’associationnisme est né des secours mutuels, des entraides paysannes pour les semences et les récoltes, de l’économie informelle, de l’échange monétaire des biens et des services, les travaux collectifs pour le bien commun.

Il sera rejeté par le marxisme qui revendiqua l’affrontement avec le capital jusqu’à la prise du pouvoir. Il est ainsi réduit à un romantisme angélique entaché de socialisme utopique.

L’État keynésien et l’État social démontrèrent, un temps, leur capacité à

En lire plus

Les décisions absurdes l’enfer des règles III : les pièges relationnels

MOREL Christian, Éd. Gallimard, 2018, 257 p.

La multiplication des règles est source d’absurdité. On s’en doutait. Christian Morel nous en fait une démonstration éclatante. Avec les 200.000 normes applicables aux collectivités publiques et les 20.000 pages de procédures techniques du Porte-avion De Gaulle, on n’est plus dans l’aberration, mais dans la démence. Les protocoles ainsi institués acquièrent avec le temps une inertie qui les fige, leur rigidité les rendant contre-productifs. Parce qu’ils semblent coulés dans le marbre, leur

En lire plus

« Monstres 2.0. L’autre visage des réseaux sociaux

ESCANDE-GAUQUIÉ Pauline et NAIVIN Bertrand, Ed. François Bourin, 2018, 130 p.

La révolution numérique a transformé notre société en un village global, à travers l’accès au savoir pour tous, la gratuité d’internet et l’horizontalité des relations. Tout un chacun peut devenir simultanément spectateur, acteur et commentateur, échanger et interagir, mais aussi créer des contenus. Mais, c’est justement cette nouvelle culture incitant à tout montrer et à tout regarder qui produit de multiples dérives. A commencer par l’espace intime de chacun qui

En lire plus

Sans "mobile" apparent. Un quotidien "sans portable", "sans smartphone"

BERGIER Bertrand, Ed. Chronique Sociale, 2016, 174 p.

Tout le monde possède un téléphone … ou presque. En détenir un est devenu une norme qui vaut appartenance au groupe et conformité avec le plus grand nombre. Quel est donc ce petit village isolé de « sans portable » qui résiste encore, maudissant cet appareil et/ou le maintenant à distance ? En auscultant les logiques du refus de s’aligner sur le comportement dominant, Bertrand Bergier nous éclaire aussi sur les effets pervers auxquels sont confrontés ses utilisateurs. Certes, il n’y a pas

En lire plus

C’était mieux avant!

SERRES Michel, Ed. Le Pommier, 2017, 95 p.

Avant, les guerres successives faisaient des millions de morts. Avant, les pauvres mourraient sans soins les médecins emportant dans leur sacoche les dix médicaments efficaces pour les patients qui pouvaient les payer. Avant, on pouvait injurier les juifs dans des revues antisémites et prétendre scientifiquement que les noirs étaient plus proches des primates que des êtres humains. Avant, les usines pouvaient répandre sans contraintes leurs déchets dans la nature. Avant, il fallait mettre au monde

En lire plus

Vers un État social actif à la française

ROUZEAU Marc, Éd. EHESP, 2016, 169 p.

L’État providence se délite. Le cadre de référence construit au cours des trente glorieuses a été remis en cause par les crises successives des années 1980. Sous l’effet de la mondialisation, de la décentralisation, de l’européanisation et du paradigme néo-libéral, la protection sociale et l’assistance ont cédé le pas à la promotion de l’équité et de la cohésion sociale, du développement des capabilités et de la mobilisation des bénéficiaires. Les travailleurs sociaux se voient confier la mission

En lire plus

Non, ce n’était pas mieux avant. 10 bonnes raisons d’avoir confiance en l’avenir

NORBERG Johan, Ed. Plon, 2017, 269 p.

Le bon vieux temps, c’est maintenant, proclame avec force Johan Norberg ! L’idéalisation du passé est une aberration. Jusqu’à ce que la révolution agricole multiplie la productivité par 2500, la malnutrition tuait des milliers de personnes : 56 famines nationales rien qu’en France entre le XIème et le XVIIIème siècle. L’accès à l’eau potable était rare, la pollution des sources contraignant à consommer de la bière et du vin (la fermentation éliminant les bactéries). L’espérance de vie était de 20/30 ans

En lire plus

De mieux en mieux et de pire en pire

TAVOILLOT Pierre-Henri, Ed. Odile Jacob, 2017, 264 p.

Depuis le commencement des choses, ce fut toujours mieux avant, explique Pierre-Henri Tavoillot. La rengaine ambiante reprenant le « tout va de pire en pire » n’est pas récente. Elle faisait dire à Sénèque il y a 2.000 ans combien l’homme ne cesse de regretter le passé et de craindre l’avenir. Pourtant, si tout le monde se plaint, personne ne veut revenir en arrière. Car, chacun constate que « tout va de mieux en mieux ». Comment expliquer cette ambivalence ? L’émergence de la modernité a

En lire plus

Les larmes de Charlie… et Cie

FIZE Michel, Ed. L.G.O., 2017, 67 p.

Après chaque évènement médiatique fort, le corps social plonge dans une véritable transe émotionnelle, répercutée par des media grands prescripteurs de ce qu’il faut ressentir. Tout semble bon pour produire cette véritable spectacularisation du tragique, une émotion sur le point de disparaître étant déjà remplacée par la suivante. La communion qui s’empare de l’opinion publique remplace la réflexion par la bien-pensance, fait primer le sentiment sur l’évènement qui est sensé le déclencher, substitue

En lire plus

Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive

ROSA Hartmut, Ed. La Découverte, 2014, 153 p.

Notre monde est soumis à un vertigineux processus d’accélération. Au niveau technique d’abord : la vitesse de communication s’est accrue de 107 %, celle des transports de 102 % et celle du traitement des données de … 1010 %. Le changement social  est aussi concerné : la famille ou le travail connaissent des bouleversement à l’intérieur d’une même génération (quand il en fallait plusieurs, auparavant). Il en va de même pour le rythme de vie : nous faisons plus de choses en moins de temps et plus

En lire plus