Le dictionnaire des sciences humaines

Sous la direction de Jean-François DORTIER, éditions Sciences Humaines, 2004, 875 p.

Le travail social se donnant pour objectif la résolution des problèmes, le changement social et à l’amélioration du bien-être général, il ne peut que se nourrir en permanence de l’apport des sciences humaines. Les connaissances portant sur le fonctionnement du psychisme, la compréhension des relations interpersonnelles, l’appréhension de la multiplicité des formes de vie sociales, économiques, morales inventées au cours de l’histoire, le discernement des

En lire plus

Les interdits, fondement de la liberté

Michel FIZE, Presse de la Renaissance, 2004, 196 p.

Il est d’usage d’opposer liberté et interdit, la première étant à chérir et le second à proscrire. Michel Fize nous rappelle avec force dans un ouvrage fort bien documenté, que loin d’être antagonistes ces deux notions sont éminemment complémentaires. Bien sûr, si l’interdit s’impose de façon absolue à certaines libertés (comme celles de nuire à autrui), il n’est parfois jamais opposable à d’autres (telle la liberté de pensée). Mais, la liberté ne peut être absolue que pour l’ermite, ou

En lire plus

Des maux indicibles, sociologie des lieux d’écoute

Didier FASSIN, La découverte, 2004, 198 p.

On a vu se développer depuis quelques années de multiples lieux destinés à écouter et à prendre en charge la souffrance psychique. Quoi de plus légitime que cette approche qui propose aux victimes d’une précarité élevée au niveau de mode de régulation du travail et du marché, de pouvoir faire reconnaître le bien-fondé de leur plainte et reconstruire leur identité ? C’est sans compter sur une sociologie qui n’épargne rien et passe au papier de verre de son regard critique tout ce qui peut apparaître

En lire plus

L’invention de l’autorité

Alain VULBEAU, Jacques PAIN, Matrice, 2003, 236 p.

De l’autorité, on en a beaucoup parlé d’un point de vue longitudinal (ce qu’elle était hier, ce qu’elle n’est plus aujourd’hui). On a décrit ce qu’on met en œuvre quand elle vient à manquer : séduire pour prévenir ou menacer pour contenir, alors même qu’elle doit pouvoir convaincre sans persuader et s’imposer sans contraindre. Les auteurs ont choisi d’aborder ce sujet d’un point de vue transversal, en essayant d’explorer ce concept à partir des différentes façons dont il se décline sur le

En lire plus

Le chaos du vieillissement

Sous la direction de Michel PERSONNE, érès, 2003, 184 p.

Il n’y a pas d’organisation vivante sans processus de destruction. L’être humain n’échappe pas à cette règle. Le vieillissement extrême peut même s’identifier à une forme de chaos.  Physique tout d’abord, du fait de l’altération physiologique de chacune de nos cellules ainsi que de nos capacités sensorielles. Au niveau des sentiments, ensuite : n’arrivant plus à faire connaître ses désirs, le sujet âgé finit par ne plus désirer. Ne désirant plus, il se néglige. Se négligeant, il ne

En lire plus

La tendresse

Sylvie CONSOLI, Odile Jacob, 2003, 288 p.

La peau est un des organes les plus fantastiques dont est doté le corps : barrière imperméable, presque étanche, elle isole contre les variations de température et défend contre les infections, se régénère toute seule et synthétise la vitamine D. Elle est, en outre, parcourue par une innervation particulièrement dense qui la rend d’une grande sensibilité au toucher. Mais elle n’a pas seulement que des fonctions biologiques. Elle tisse aussi, des interrelations étroites avec le psychisme. Il suffit

En lire plus

Une histoire de l’autorité. Permanences et variations

Gérard MENDEL, La Découverte, 2002, 284 p.

L’autorité est en crise. C’est là un thème récurrent qui, pourtant, échappe rarement au sens commun. Un consensus existe pour définir ce concept comme la possibilité d’obtenir une obéissance volontaire sans pour cela que ne soit nécessaires ni la contrainte physique, ni l’arme de la conviction. Autre caractéristique largement reconnue : l’autorité s’inscrit dans le registre de la dissymétrie. En effet, dès qu’on argumente, on se place sur un plan d’égalité. L’espace démocratique serait donc un

En lire plus

Le premier sexe - Mutations et crise de l’identité masculine

André RAUCH, Hachette Littérature, 2000, 300 p

La crise qui affecte l’identité masculine remonte à l’effondrement  du vieil ordre dominant. Dans l’ancienne France, le mélange entre les hommes et les femmes était inconcevable. Le régime d’apartheid qui s’imposait alors, constituait un acte initial et initiatique. La révolution dont le point culminant est le parricide de Louis XVI marque le refus de la domination du père. Mais, ce rejet s’appuie alors encore, sur la suprématie du paradigme masculin. Le souverain est présenté comme incapable de

En lire plus

Les passions ordinaires - Anthropologie des émotions

David LE BRETON, éditions Armand Colin, 1998, 223 p.

Tout un chacun pouvait penser qu’il n’y avait rien, de plus partagé dans le monde que les émotions. Après la lecture du livre passionnant de David Le Breton, le lecteur sera édifié. Si le ressenti et l’expression des sentiments peuvent apparaître comme provenant du plus profond de l’intimité, ils n’en sont pas moins socialement et culturellement modelés. L’auteur nous en fait la magistrale démonstration, démontant pierre après pierre les arguments naturalistes qui prétendent à

En lire plus

Les sciences humaines - Panorama des connaissances

Jean-François DORTIER, édition Sciences Humaines, 1997 487 p.

Jean-François Dortier, rédacteur en chef de la revue Sciences Humaines, nous fait la démonstration de son immense culture et de ses qualités de vulgarisateur. Il est loin le temps où un seul esprit pouvait contenir toute le savoir universel. Et pourtant, on trouve ici des centaines de références, de présentations de livre, d’explications de systèmes et de théories. Pas moins de 13 disciplines sont explorées : l’anthropologie, la linguistique, la psychologie, la psychopathologie

En lire plus