Défaire le capitalisme, refaire la démocratie. Les enjeux du délibéralisme

DACHEUX Éric & GOUJON Daniel, Éd. Erès, 2020, 353 p.

Notre société néolibérale est fondée sur l’impératif de croissance, la recherche du profit maximum, la concurrence pure et parfaite et l’utilitarisme. Avec comme résultats : l’objet produit est plus important que l’être humain, l’individu est mis au service de la technique et la politique est soumise à l’économie.

Alors qu’il y a une diversité de modèles économiques (domestique, publique, sociale), le capitalisme n’admet que la logique orthodoxe de marchandisation potentielle de tout

En lire plus

Antisocial. La guerre sociale est déclarée

Guénolé Thomas, Éd. Plon, 2018, 274 p.

Le processus politique de destruction du système social français est en marche. Thomas Guénolé en décrit les détails.

Ce n’est plus à la société de fournir un emploi à chaque salarié, mais à lui d’en trouver un, le soupçon pesant sur lui de ne pas le vouloir. La baisse du taux de chômage quand l’économie redémarre est-il le signe qu’il y a alors moins de fainéants ?

Pour combler le trou de la sécurité sociale, on a responsabilisé le patient par l’augmentation du forfait hospitalier. Est-ce la perte de

En lire plus

Une autre voie est possible

HEYER Éric, LOKIEC Pascal et MEDA Dominique, Éd. Flammarion, 2018, 360 p.

On nous l’a dit et répété depuis des décennies : la France est le malade de l’Europe, cumulant un fort taux de chômage et une faible croissance. La cause ? Un code du travail trop rigide, des dépenses sociales dispendieuses et une compétitivité en berne.

Il est vrai que l’Etat social intervient, régule, organise, accompagne, redistribue. C’est lui qui a permis de maintenir en France le taux de pauvreté à 13,4 % contre une moyenne européenne de 17,4 %, de garantir

En lire plus

Cannibales en costume

COURPASSON David, Ed. François Bourin, 2019, 244 p.

Le travail d’hier était marqué par un taylorisme qui, indifférent aux individualités, instrumentalisait les corps, comme autant de maillons apathiques mis au service de la sauvagerie infernale et des caprices de la machine. Le travail d’aujourd’hui est pris dans la fascination d’une entreprise contemporaine au sourire bienheureux, d’une autorité douce et bienveillante et du mythe des nouvelles technologies merveilleuses. Les repères traditionnels étant devenus glissants, instables, obscurs

En lire plus

En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic

CASALI Antonio A., Ed. Seuil, 2019, 399 p.

Chaque époque produit ses mythes. Antonio A. Casali déconstruit l’une des prophéties les plus radicales contemporaines dans un ouvrage solidement argumenté : le grand remplacement technologique qui condamnerait près de la moitié des professions bientôt remplacées par l’intelligence artificielle.

L’auteur démontre d’abord que l’innovation technologique ne nuit pas forcément au travail humain. Si la Corée du sud compte 531 robots pour 10.000 salariés contre 127 en France, la première possède un taux

En lire plus

Le refus du travail

FRAYNE David, Ed. du Détour, 2018, 300 p.

Notre société est centrée sur le travail, source de revenus, d’identité et de reconnaissance. Pourtant, il n’en a pas été toujours ainsi. Longtemps, il fut considéré comme une affliction indigne de tout homme libre.

Tout un courant de pensée critique en revisite l’expression moderne. Si le travail représente potentiellement une opportunité de créativité, de satisfaction et d’enracinement dans le monde, la manière dont il est organisé conduit souvent à lui ôter toutes ces qualités. Il peut cumuler

En lire plus

A la ligne. Feuillets d’usine

PONTHUS Joseph, Ed. La Table Ronde, 2019, 266 p.

Après 10 ans passés comme éduc de rue en région parisienne, Joseph Ponthus déménage à Lorient. Mais là, point de travail, mises à part quelques directions de séjours de vacance adaptée. Alors, il accepte des missions intérimaires comme prolo.

Tout commence par cette usine de transformation de poissons et de crustacés. Au programme de la journée : au choix (!) cuire et préparer dix milles couronnes de crevettes ou trier et encaisser dix tonnes de sardines dans des bacs en polystyrène, ou

En lire plus

Toujours plus pour les riches

 ATTAC, Ed. L.L.L., 2017, 286 p.

D’abord, la suppression de l’ISF : 3,5 milliards € profitant aux 340.000 ménages les plus aisés. Puis, le taux d’imposition des revenus financier abaissé à un forfait de 30 % : 1,5 milliard € profitant pour les 2/3 aux 10 % des ménages les plus riches. Mais aussi la suppression de la taxe sur les dividendes : 2 milliards €. Et encore l’abaissement de 28 % à 25 % de l’impôt sur les sociétés qui les soulagera de 15 à 17 milliards €. N’oublions pas toutes les niches fiscales, les modalités de calcul, ainsi que

En lire plus

Traité d’économie hérétique

PORCHER Thomas, Ed. Fayard, 2018, 231 p.

Le droit des salariés ? Un carcan empêchant d’embaucher. Les services publics ? Ils plombent la dette de l’État. Une retraite décente, à un âge raisonnable ? Un privilège de nantis.

Thomas Porcher refuse ce prêt à penser néo-libéral vendu comme du bon sens et propose d’autres réponses alternatives. Prenons le chômage : il ne relève pas d’un manque de motivation personnelle, mais d’un problème structurel. Un demandeur d’emploi courageux aura du mal à se faire recruter dans un contexte morose. Celui

En lire plus

Le mythe de la théorie du ruissellement

PARIENTY Arnaud, Ed. La Découverte, 2018, 151 p.

En 1981, David Stockman, Directeur du budget du Président américain Ronald Reagan formule pour la première fois la doctrine du ruissellement (trickle down effect) : en réduisant les tranches d’impôt supérieurs, l’enrichissement des couches les plus aisées produirait de bons effets, en ruisselant à travers toute l’économie et profitant ainsi à tout le monde.

Arnaud Parienty décline les différentes versions de cette véritable arnaque, caution à une politique fiscale au profit des plus riches

En lire plus