Travail, les raisons de la colère

DE GAULEJAC Vincent, Éd. du Seuil, 2011, 335 p.

Le travail occupe une place centrale dans l’existence. Au-delà des ressources financières qu’il procure, il fournit un statut, une position sociale et constitue l’un des principaux facteurs d’accomplissement de soi. Mais si l’activité salariée peut privilégier l’avènement du sujet en répondant à sa quête identitaire et en assurant tant son émancipation que son épanouissement, elle peut tout autant produire son assujettissement, dès lors où elle s’accomplit dans la contrainte, la servitude ou

En lire plus

L’entreprise du XXIème siècle sera sociale (ou ne sera pas)

BORELLO Jean-Marc, BOTTOLLIER-DEPOIS François, HAZARD Nicolas, Éd. Rue de l’Echiquier, 2012, 317 p.

Voilà un ouvrage particulièrement bien construit, bien argumenté et bien écrit. Les auteurs y présentent « l’entreprise sociale », comme la synthèse de la libre entreprise, des services publics et de l’économie sociale et solidaire. L’entreprise capitaliste est, certes, source d’innovation et d’amélioration de la qualité, mais elle n’est tournée que vers l’accumulation égoïste des profits pour les seuls actionnaires. L’État providence agit dans

En lire plus

Dictionnaire de l’emploi, de l’insertion et de la formation

FUCHS Vincent, Ed. Chronique Sociale, 2011, 672 p.

La mythologie grecque rapporte qu’Hercule réussit avec succès douze travaux particulièrement ardus. Réussissant avec efficacité à nettoyer les écuries d'Augias, il aurait peut-être renoncé à s’y retrouver dans le maquis des mesures d’insertion qui, au cours des décennies, se sont accumulées comme autant de couches d’un gigantesque mille feuille. Ce 13ème travail, il l’aurait sans doute confié à Vincent Fuchs. S’atteler à la présentation de centaines de dispositifs, de contrats

En lire plus

L’efficacité économique au service de l’intérêt général: le Livre Blanc des entrepreneurs sociaux

Collectif, Rue de l’échiquier, 2012, 54 p.

L’univers de production des biens et des services est traditionnellement divisé en deux pôles opposés : d’un côté les associations utiles et subventionnées, mais peu rentables et de l’autre les entreprises lucratives efficaces mais peu soucieuses des enjeux sociaux et environnementaux. L’économie sociale et solidaire propose une troisième voie pionnière qui, combinant performance économique et utilité sociale, répond à la crise économique, sociale et écologique qui s’est installé durablement. Comme

En lire plus