Le livre noir des banques

ATTAC & BASTA !, Ed. Les Liens qui Libèrent, 2015, 372 p.

On vous le dit et on vous le répète : les charges sociales nuisent à la croissance, il y a trop de fonctionnaires, les États sont trop endettés, il faut faire des économies, la réduction des moyens accordés au secteur social est inéluctable. La source des déficits est-elle bien là où on l’affirme ? Après la lecture de cet ouvrage édifiant, tout lecteur ne peut être qu’en douter. Le capitalisme financier a étendu sa domination sur l’ensemble de la planète. Ce qui l’intéresse, ce

En lire plus

On marche sur la dette. Vous allez enfin tout comprendre

ALÉVÊQUE Christophe et GLENN Vincent, Ed. de la Martinière, 2015, 178 p.

Si le lecteur avait à choisir d’acheter un seul livre sur l’économie, c’est bien celui-là qu’il devrait plébisciter. Qu’on ne se méprenne pas : derrière son ton insolent et iconoclaste, cet ouvrage révèle en moins de 180 pages ce que bien des traités classiques recouvrent sous un jargon abscons et des considérations fumeuses. On y apprend plein d’informations permettant de démystifier les discours néo-libéraux dont on nous rabat les oreilles, à longueur de temps. La

En lire plus

Homo economicus, prophète (égaré) des temps modernes

COHEN Daniel, Ed. Albin Michel, 2012, 213 p.

C’est à l’un des concepts central du libéralisme que s’en prend Daniel Cohen, cette fiction de l’homo economicus, inventée par des économistes considérant que l’individu serait uniquement motivé par un égoïsme froid et rationnel et ne chercherait, avant tout, qu’à satisfaire ses intérêts propres. Si l’auteur rappelle les nombreux travaux anthropologiques démontrant la propension des êtres humains à la réciprocité, à la coopération et à l’empathie, il analyse les effets délétères de cette perception

En lire plus

La vérité sur ce qui nous motive

Daniel H. Pink, Ed. Flammarion, 2014, 256 p.

Pendant longtemps, les sources de la motivation furent d’abord recherchées du côté du biologique : comme les autres espèces animales, l’être humain agit pour étancher sa soif, apaiser sa faim, assouvir ses envies charnelles. Puis, vint la théorie comportementaliste centrée sur le rôle des récompenses et des punitions. Deux psychologues, Harry Harlow et Edouard Deci, démontrèrent l’existence d’une troisième motivation autre que la réponse à des besoins primaires ou l’alternative entre la carotte et

En lire plus

Tous winners! Comprendre les logiques du succès

GLADWELL Malcolm, Ed. Flammarion, 2014, 313 p.

Contrairement à ce que laisse entrevoir son titre, il ne s'agit pas ici d'un de ces ouvrages comportementalistes qui vous guident dans la réussite de votre vie, grâce à des recettes de mirliton. Non, voilà un essai passionnant, particulièrement bien écrit qui entraîne le lecteur dans une multitude de petits récits qui ne semblent avoir aucun rapport, les uns avec les autres. Pourtant, ils cherchent tous à illustrer une seule et même thèse : les qualités personnelles et le talent naturel ne

En lire plus

Les décisions absurdes. Comment les éviter ?

MOREL Christian, Gallimard, 2014, 384 p.

Se tromper est une constante de toute action humaine. L’ignorer ou prétendre l’éviter en faisant confiance à la rationalité procédurale constitue la meilleure manière de s’enfermer dans son erreur. S’appuyant sur des expériences scientifiques et des pratiques de terrain, Christian Morel propose cinq principes constitutifs d’une culture de la fiabilité. Cette méthodologie peut être mise à profit dans toute organisation cherchant à garantir la qualité de son action. Première métarègle : la collégialité

En lire plus

Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaire

SILVERA Rachel, Ed. La Découverte, 2014, 238 p.

« A travail égal, salaire égal ». Pourquoi cette vieille et légitime revendication se heurte-t-elle, depuis si longtemps, au plafond de verre discriminant les femmes ? Rachel Silvera nous propose une explication à la fois historique et contextuelle précise et détaillée. Cela tient, tout d’abord, à cette « tradition » économique voulant que le calcul du salaire soit élaboré à partir des moyens nécessaires à la reproduction de la force de travail de l’ouvrier. Cette évaluation incluait non

En lire plus

L’économie du bonheur


« Et si l’économie nous parlait du bonheur? Des indicateurs de prospérité citoyenne »
MACHAIR Laure, Ed. Couleur Livres, 2013, 106 p.

« Ce qui compte ne peut pas toujours être compté et ce qui peut être compté ne compte pas forcément ». Le paradoxe d’Easterlin illustre fort bien cette affirmation d’Albert Einstein, en démontrant combien l’accroissement des ressources financières améliore le sentiment de

En lire plus

Pour un manifeste du convivialisme

CAILLÉ Alain, Ed. Le Bord de l’eau, 2011, 117 p.

Dans notre société en crise, malgré un idéal dominant fait d’harmonie et de consensus, ce qui l’emporte c’est l’opposition et la division. Rien de plus normal, tant les points de vue, les intérêts et les désirs entre les êtres humains sont nécessairement différents et a priori divergents. C’est grâce aux autres et contre eux que chacun se valorise et donne du sens à son existence. C’est en dialectisant et en canalisant ces conflits qu’on peut éviter qu’ils ne se transforment en guerre de tous

En lire plus

L’idée même de richesse

CAILLÉ Alain, Ed. La découverte, 2012, 143 p.

L’idéal qui régit notre monde est celui de la richesse, sans que l’on sache toujours bien comment la définir. Son identification est assez systématiquement réduite étroitement au champ monétaire : est riche celui qui possède beaucoup d’argent. On n’y intègre jamais ni le bien-être vécu, ni la qualité des relations humaines ou la santé, pas plus que la vertu écologique, la correction politique, le goût de l’innovation ou la créativité etc… Seule leur traduction consumériste en termes d’efficacité

En lire plus