Petites histoires de grands moments éducatifs

HERBERT François, SAINT-HONORE Catherine, WILLO-TOKE Geoffroy (Sous la direction), Ed. L’Harmattan, 2019, 236 p.

Chaque jour, les travailleurs sociaux sont auteurs de fulgurances, de trouvailles et d’initiatives qui permettent de sortir d’une situation délicate. Ces petits riens qui font beaucoup ont fait l’objet, entre 1998 et 2005, de récits rédigés par les professionnels eux-mêmes et publiés dans la revue « Au fil du récit ». Ils sont réédités ici, pour notre plus grand bonheur. Un vrai régal que ces descriptions de l’art et la manière de contourner une difficulté et de trouver une solution, en faisant un pas de côté. C’est Florence s’absorbant dans une activité, semblant ne pas se préoccuper de Franck bien décidé à ne pas participer … et qui finit pas s’y investir. C’est Nadia qui utilise la pluie ayant contraint à annuler ce qui avait été programmé, pour imaginer une alternative : aller se rouler dans la boue. C’est Corinne qui décide d’aller rejoindre avec table et chaise Gisèle restée à bouder au bas de l’escalier, par refus de faire ses devoirs. C’est Marie-Chantal faisant face à un père irascible armé d’un fusil, qui s’émerveille du superbe aquarium trônant au fond de sa salle à manger, désamorçant ainsi son intention belliqueuse. C’est Véronique déstabilisant Kevin qui menace d’une tentative de suicide, sur un ton ferme et déterminé : « Kevin, il n’est pas l’heure de mourir, tu mourras plus tard ! ». C’est Nathalie, fatiguée des tentatives de Nora pour partir en fugue chez sa mère, lui apportant son manteau pour qu’elle ne prenne pas froid et de la monnaie pour qu’elle utilise le train. C’est tant d’autres réactions inattendues et improbables qui décoincent le blocage et rendent la suite possible. Elles peuplent l’action éducative quotidienne et méritaient de sortir de l’anonymat : voilà qui est fait.

Jacques Trémintin – LIEN SOCIAL ■ n°1259 ■ 14/10/2019