Un mort de trop

Le 19 février 2021 restera dans les mémoires comme un jour maudit : celui où un travailleur social du centre d'accueil pour demandeurs d'asile situé à Pau, a été poignardé à mort par un migrant en voie d'expulsion. Cette date rejoindra celle du 19 mars 2015, quand Jacques Gasztowtt, éducateur spécialisé à Nantes, avait subi le même sort, en voulant protéger une mère de famille contre un mari violent. La première réaction ne peut être que le recueillement et la réserve face à un meurtre qui a frappé l’un d’entre ceux qui se tiennent aux côtés

En lire plus

Les psys ne sont pas des thaumaturges

Aux prières mystiques traditionnelles ont succédé de nouveaux mantras : « le soin s’impose », « l’enfant a-t-il vu un psychologue ? », « il faudrait qu’il consulte ». Combien de fois ce type d’allégation est-il proféré face à celle ou celui dont le comportement déroute et déstabilise ? Il est vrai qu’il n’y a rien de plus frustrant que de ne pas comprendre le fonctionnement de l’Autre et surtout de ne pas trouver comment l’aider à changer un comportement qui peut lui nuire, autant qu’à son entourage. Parmi les centaines de méthodologies

En lire plus

En même temps

Il parait qu’il faut choisir son camp, au risque d’être accusé, au mieux de faire le jeu de l’ennemi, au pire de complicité avec lui. Les invectives lancées de part et d’autre ont pour ambition d’instrumentaliser le débat. L’accusation d’islamo-gauchisme est souvent prétexte à refuser toute mise en cause des responsabilités historiques et actuelles de l’occident ; quand celle d’islamophobie est parfois utilisée pour délégitimer toute critique envers les intégrismes musulmans. Je me demande si je ne vais être menacé du bûcher en place publique

En lire plus

Proximité ou éloignement ?

Corinne, âgée aujourd’hui de 26 ans, croise son ancien éducateur au marché. « Que deviens-tu ? » Responsable d’une équipe de vingt-six salariés, elle est fière de sa réussite. « Et que devient ta mère ? » Elle a rompu toute relation avec elle, rajoutant qu’elle a vraiment perdu son temps à chercher à garder le contact. Elle explique aller voir très souvent sa famille d’accueil, sans qui la carence parentale dont elle fut victime aurait pu s’avérer destructrice.

Steeve, âgé aujourd’hui de 26 ans croise son ancien éducateur à l’entrée d’un

En lire plus

Les termes du débat - Bienvenue aux plus précaires !

Le 3 mars 2021, le courrier des lecteurs de Ouest France publiait mon courrier sur une information qui m’avait particulièrement révolté : la mobilisation d’une partie de la population d’un gros bourg contre l’ouverture d’un centre de réinsertion pour détenus en fin de peine.

Le 11 mars, le collectif des riverains de Ker Madeleine donnait sa réponse par le même biais.

L’élégance et la finesse de son propos m’a convaincu de le placer à la suite de mon propre billet. Bien sûr, nos arguments ne portent pas sur le même thème. Mon courrier

En lire plus

Congruence contre compétition

Depuis l’épisode « #Me-too », une vague parcourt le monde : celle de la révolte des femmes contre l’oppression patriarcale. Ce combat est légitime. Bien sûr, il n’évite pas les outrances comme celles consistant à renoncer aux œuvres d’art produites par des hommes. Mais, il serait hypocrite d’instrumentaliser les réactions exacerbées par une parole trop longtemps bâillonnée, pour relativiser ou minimer le quotidien traumatique de tant de femmes. Dénoncer ces prédateurs pour qui le corps de l’autre n’est qu’un morceau de viande est essentiel

En lire plus

Quadrature du cercle

Qu’y a-t-il de plus terrible que d’être accusé d’un délit ou d’un crime qu’on n’a pas commis ? Ici, deux ados rapportent des violences dont ils auraient été témoins dans une famille d’accueil. Là, un lieu de vie est signalé pour des actes de pédophilie qui s’y dérouleraient. Là encore, une jeune femme dénonce des viols qu’elle aurait subis de la part du mari de l’assistante familiale, dix ans auparavant. L’aide sociale à l’enfance (ASE) est alors confrontée à un choix cornélien entre le principe de précaution et la présomption

En lire plus

L’urgence d’une réforme

Comment mieux illustrer le paradoxe du nouveau code pénal des mineurs qu’en évoquant la décision prise à Nantes en fin d’année 2020 de « réorienter » plus de deux cents affaires dans lesquelles des mineurs étaient mis en cause. Il s’agissait de purger le stock de dossiers en souffrance qui embolisaient le parquet. Des adolescent(e)s ne vont pas avoir de réponses aux transgressions commises dont beaucoup constituent autant d’appel à l’aide et/ou de recherche de limites. Etonnante réponse donnée par la société : « vous avez fait des bêtises

En lire plus

Changement de paradigme

Le concours d’assistant socio-éducatif que j’ai passé, il y a près de trente ans, pour intégrer l’Aide sociale à l’enfance, se limitait à un oral. La seule préoccupation du jury fut de connaître ce que je mettrais en œuvre face à un groupe d’ados de quartier qui venaient de défrayer la chronique des faits divers. Le concours d’aujourd’hui est bien différent. L’écrit se compose d’un exercice classique de synthèse suivi de « propositions opérationnelles » relevant de la méthodologie de projet. Expliquer comment l’on mène un diagnostic. Prouver

En lire plus

Entre orage et ciel bleu

Les relations entre l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et les lieux de vie ne sont pas toujours très sereines. Les acteurs qui sont mêlés à ces relations mouvementées peuvent avoir de multiples facettes.

Du côté de l’ASE, on peut trouver des cadres chargés de l’agrément et du suivi administratif qui se montrent volontiers à l’écoute, aidants et bienveillants. Mais sévissent tout autant ces technocrates imbus et méprisants compensant leur déconnexion du terrain par une posture systématiquement tatillonne et inquisitrice, assoiffés de leur petit

En lire plus