Retrouvez les sites

du Lien Social avec qui je collabore depuis 1994 : www.lien-social.com
et de mon collègue et ami Didier Dubasque : www.dubasque.org

Centre fermé, prison ouverte. Luttes sociales et pratiques éducatives spécialisées

Yann LE PENNEC, L’Harmattan, 2004, 112 p.

Il est toujours intéressant de resituer le moment présent dans une perspective historique. Cela permet soit de relativiser l’innovation de certaines mesures soit d’éclairer l’échec probable d’autres décisions à partir des fiascos passés. C’est ce que nous propose Yann Le Pennec qui rappèle que la filiation de l’éducation spéciale pour les mineurs coupables ne se remonte pas à l’ordonnance de 1945 mais au Code criminel révolutionnaire de 1791 qui instaura les principes du discernement, de l’excuse de

En lire plus

Enfermer ou éduquer? Les jeunes et la violence

Jean-Marie PETITCLERC, Dunod, 2004, 152 p.

Face à la vague sécuritaire qui monte, il ne faut pas bouder notre plaisir quand un livre vient s’inscrire à contre-courant. Celui de Jean Marie Petitclerc fait partie de ceux-là. A chaque fois que la société se fait déborder par des fractions de sa jeunesse, explique-t-il d’emblée, on voit fleurir des propositions d’enfermement des adolescents les plus turbulents. C’est là une solution d’apparence facile et séduisante qui trouve un large écho. L’expérience nous a montré que cela ne provoquait que

En lire plus

Sociologie de la délinquance et de la justice pénale

Jacques FAGET, érès-Jeunesse et droit, 2002, 152 p.

Pendant longtemps, les sciences humaines restèrent bridées par le dogme catholique et la censure politique. C’est encore plus vrai pour la sociologie criminelle qui mit bien du temps à se détacher de la peur et de la fascination qu’inspire le crime et à trouver une approche objective. C’est Durkheim qui en pose les bases : « il ne faut pas dire qu’un acte froisse la conscience commune parce qu’il est criminel, mais qu’il est criminel parce qu’il froisse la conscience commune. Nous ne le

En lire plus

Le jeune délinquant

Sous la direction de François MARTY, Payot, 2002, 365 p.

Comment parlait-on de la délinquance juvénile, il y a de cela cinquante ans ? François Marty nous propose ici sept textes de psychanalystes. Certains d’entre eux analysaient cette réalité comme le produit, avant tout, d’une perversion à caractère anti-social. Ainsi, Fritz Wittels (1880-1950) de relier le vol à l’attente désespérée du lait de la mère ou la kleptomanie à une forme indirecte de la masturbation ou encore attribuant le crime à un ancrage au stade phallique (sic). D’autres

En lire plus

Crime et sécurité, l’état des savoirs

Sous la direction de Laurent MUCCHIELLI et Philippe ROBERT, La Découverte,  2002, 440p.

Face aux surenchères politiques et médiatiques qui s’appuient sur des informations superficielles et des formes d’opportunisme peu glorieuses, voilà une démarche pertinente : faire le point des connaissances produites par les chercheurs professionnels indépendants des pouvoirs comme des intérêts en cause. L’ouvrage est réparti en 44 articles qui tentent d’expliquer trois types de problèmes : l’existence de règles de droit qui incriminent un comportement

En lire plus

De l’affrontement à l’esquive - Violences, délinquances et usages de drogue

Hugues LAGRANGE, Syros, 2001, 300 p.

En se focalisant sur la délinquance et la violence, on omet trop souvent de s’interroger sur ce qui les motive et en quoi elles peuvent apporter des réponses aux questions que notre société a refusé de se poser. Jusqu’aux années 80, la délinquance des jeunes ne touchait pas particulièrement les cités HLM  (75% des auteurs habitaient alors en pavillon). Elle était répartie sur l’ensemble des couches sociales (15% des délinquants étaient issus des classes moyennes et supérieurs qui constituaient alors 24% de

En lire plus

La délinquance des jeunes - Les 13-19 ans racontent leurs délits

Sebastian ROCHE, Seuil, 2001, 305 p.

A qui veut essayer de comprendre la montée de la délinquance des jeunes, Sebastian Roché mérite d’être lu. Il ne se réfugie pas dans une quelconque approche monocausiale qui choisirait entre la démission des familles et la conséquence de la crise économique. Son analyse est toujours, au contraire, la combinaison de facteurs variés. Pour autant, personne n’est épargné : ni la société, ni les familles, ni la police, ni les jeunes, sans qu’aucune catégorie ne serve ici de bouc émissaire. Enfin

En lire plus

Violences et insécurité - Fantasmes et réalités dans le débat français

Laurent MUCCHIELLI, La Découverte, 2001, 142 p.

Depuis une dizaine d’années, incivilités et violences urbaines sont devenus des thèmes à la mode. Nous assisterions à une montée inexorable de la délinquance et de l’insécurité. Ce discours est-il étayé sur des faits réels ? Ou bien s’agit-il plutôt de la reprise de stéréotypes éculés pour dissimuler notre désarroi face aux comportements d’une jeunesse qu’on n’arrive plus à comprendre ? Il y a d’abord des experts de la délinquance qui s’avèrent être soit des acteurs engagés politiquement (tel ce

En lire plus

Enfants privés de liberté - Droits et réalités

Geert Cappelaere et Anne Grandjean, éditions Jeunesse et Droits, 2000, 490 p.

Que ce soit en cellule d’arrestation, en centre de détention, dans une prison ou en institution fermée, on estime à plus d’un million le nombre d’enfants privés de liberté à travers le monde. Pour l’immense majorité d’entre eux, les raisons qui les conduisent à cette situation sont soit dérisoires, soit scandaleuses : vagabondage, mise en danger, troubles physiques ou psychiques ou encore immigration (du fait de l’absence d’établissements susceptibles de pouvoir les

En lire plus

Jeunes délinquant à la recherche d’une socialisation perdue

Robert CARIO, L’Harmattan, 1996/1999, 208 p.

Comment tolérer les réponses répressives face à la délinquance des mineurs quand on sait que les causes de ces passages à l’acte sont à rechercher du côté du manque d’affection, d’éducation et de socialisation ? Le ton de l’auteur est donné dès les premières lignes. Et il va tenter tout au long de l’ouvrage de justifier de cette conviction. Avec tout d’abord  un état des lieux qui permet de savoir de quoi l’on parle. La première difficulté réside dans la recherche de chiffres fiables. Les

En lire plus