Retrouvez les sites

du Lien Social avec qui je collabore depuis 1994 : www.lien-social.com
et de mon collègue et ami Didier Dubasque : www.dubasque.org

Changer? Moi, jamais! Psychologie du changement

NEVEU Pascal, L’Archipel, 2008, 214 p

Pascal Neveu pose plusieurs postulats qui président aux mécanismes du changement. Le premier d’entre eux est fondateur. La transformation de l’être humain ne fait pas partie de l’exception mais de la règle : il change tout le temps. Il n’est rien de plus faux que de penser l’identité d’une personne comme une réalité qui serait innée, pré formatée ou stable. Bien au contraire, la construction de chaque individu se déroule tout au long de sa vie et se module au fil du temps. Le sujet n’est jamais identique

En lire plus

L’enfant et la médiation animale. Une nouvelle approche par la zoothérapie

BEIGER François, Dunod, 2008, 208 p.

L’espèce humaine a toujours su utiliser les différentes races animales pour ses besoins : se nourrir et se vêtir, transporter des charges, se distraire. La plus vieille trace que l’on connaisse d’un usage thérapeutique remonte à 1792, quand un humaniste anglais, William Tucke confia à des patients d’un asile d’aliénés un élevage de lapins et de volaille. Le seul fait de se sentir responsables d’animaux les fit se prendre un peu mieux en charge eux-mêmes. Quel est ce lien magique qui semble unir l’animal

En lire plus

Enfance dangereuse, enfance en danger? L’appréhension des écarts de conduite de l’enfant et de l’adolescent

Sous la direction de Lucette Khaïat et Cécile Marchal, érès 2007, 271 p.

On retrouve dans ces Actes du colloque proposé en 2006 par l’association Louis Chatin, les tenants et aboutissants de la volée de bois vert reçue par l’expertise collective de l’INSERM intitulée « trouble de conduite chez l’enfant et l’adolescent ». Cette étude s’est largement inspiré du DSM4, manuel de référence publié et régulièrement actualisé par l’Association psychiatrique américaine. Pour comprendre la logique de cette démarche, il faut se replonger dans le

En lire plus

Donner un sens à sa vie

Jacques LECOMTE, Odile Jacob, 2007, 326 p.

Quelle voie emprunter pour réussir sa vie ? Entre la vision hédoniste (le plaisir comme bien suprême) et la conviction eudémoniste (atteindre l’objectif qu’on s’est donné), l’auteur refuse de choisir : « ni le bien-être, ni le sens ne sont suffisants pour qualifier positivement la vie d’un individu » (p.39). Il préfère nous proposer une synthèse entre la quête de soi et la recherche de l’autre. Il s’appuie sur les travaux de la psychologie humaniste pour démontrer que le bonheur passe à la fois par

En lire plus

La part obscure de nous-mêmes. Une histoire des perversions

Elisabeth ROUDINESCO, 2007, 233 p.

Petite revue de détail de la perversité à travers l’histoire : tel aurait pu être le sous-titre de cet ouvrage d’une grande culture qui nous fait remonter les siècles. On y croise les mystiques, les flagellants, Gilles de Rais, le Marquis de Sade. On termine par « l’effrayante, l’indicible, l’impensable banalité du mal » (Anah Arendt) que constitua le nazisme. Mais, l’auteur ne se contente pas d’un récit fort bien documenté. Elle cherche à démontrer la tentation récurrente de catégorisation et d’isolement

En lire plus

Raconte-moi d’où je viens

PRIEUR Nicole, Bayard, 2007, 215 p.

Qui a entrepris de répondre aux questions lancinantes posées par des enfants sur leurs origines a très vite compris qu’aussi complètes que puissent être les réponses, elles ne font que faire surgir d’autres questions. Sauf à être « un peu spécialiste de la préhistoire, avoir quelques notions d’astrophysique, avec un petit zeste de génétique, une bonne dose d’imagination, sans oublier un brin de poésie » (p.12) on n’a peu de chance de s’en sortir. Le problème, c’est que le temps des commencements nous

En lire plus

Imparfaits, libres et heureux. Pratiques de l’estime de soi

ANDRE Christophe, Odile Jacob, 2006, 470 p.

Il est fréquent d’entendre dénoncer dans notre société la dictature du culte du moi qui viendrait écraser les valeurs altruistes. Bien sûr, nous sommes boursouflés de bien mauvaises nourritures : la performance, l’abondance, le culte de l’apparence. Pour autant, défend Christophe André, pour être moins obsédé par sa personne, le meilleur moyen est encore de mieux s’en occuper. Et si on ne le fait pas soi-même qui le fera à notre place ? Il convient donc non de penser moins à soi, mais d’y penser

En lire plus

Don, pardon et réparation

Sous la direction de Claude SERON, Fabert, 2007, 224 p.

Le pardon est trop souvent coincé entre la rancune et l’oubli. Tout comme il a été longtemps obscurci par la morale religieuse de la rédemption. Le colloque de parole d’enfants tenu en 2005, dont on trouvera ici les actes, a permis un utile effort de clarification. Le pardon n’a rien à voir avec l’amnésie explique Jacques Lecomte, docteur en psychologie. C’est au contraire un travail de mémoire qui porte sur le traumatisme, même si l’on passe de la mémoire souffrante à une mémoire de la

En lire plus

Psychopathologie de la personnalité dépendante

Gwenolé LOAS,  Maurice CORCOS, Dunod, 2006, 209 p.

Le parti pris des auteurs est clair : il n’y a pas une définition unique de la personnalité dépendante, ni d’ailleurs un seul modèle qui s’y réfère. Pour en faire la preuve, ils dressent la liste exhaustive de nombreuses recherches qui ont tenté de la circonscrire. Edifiant ! Parmi les hypothèses avancées successivement, on compte une malléabilité particulièrement forte, une facilité à être séduit, le besoin de s’en remettre à une personne pour prendre des décisions à sa place, la quête

En lire plus

Pourquoi l’interdit? Regards psychologiques, culturels et interculturels

Odile REVEYRAND-COULON et Zohra GUERRAOUI, érès, 2006, 238 p.

Les sociétés humaines ont toujours oscillé entre l’imposition et la levée des interdits. Là où les structures sociales traditionnelles sont tentées de les multiplier, l’accession à la démocratie devient synonyme de l’aspiration et de la réalisation de leur bannissement. Bien que l’on préfère le plus souvent leur substituer les notions de prescription, d’injonction ou de permis, le vivre ensemble s’est de tous temps édifié sur ces interdits formels ou implicites. C’est même la

En lire plus