Les travailleurs sociaux affectionnent tout particulièrement ces congrès, journées d’étude, colloques qui leur permettent de sortir un temps le nez du guidon, tout en prenant de la distance à l’égard de leur pratique. Les meilleurs orateurs sont ceux qui non seulement donnent le sentiment à l’auditeur d’être intelligent, mais dont les propos font sens dans son quotidien. Voilà quelques exemples glanés au fil des années.

GRAPE - Mais où est passé l’enfant?

Le thème des droits de l’enfant ou des droits des parents est devenu un sujet de préoccupation de plus en plus courant. A force de considérer les uns et les autres comme des sujets égaux devant la loi, ne risque-t-on pas, à terme, d’effacer les différences entres les générations ? L’enfant des politiques, des pédagogues, des sociologues, des psychologues, des parents et des juristes est-il le même ? Autant de questions à la croisée de bien des disciplines, mais qui intéressent tout particulièrement la psychanalyse et le droit.

Année

En lire plus

ANTHEA - Le syndrome de la patate chaude

Ils sont quelques centaines à travers tous le pays à mettre en échec les adultes qui cherchent à leur venir en aide. Ballottés entre la psychiatrie, la justice et l’éducatif, ne trouvent pas d’interlocuteurs véritables et sont renvoyés d’un secteur vers l’autre, chacun cherchant à garder la patate le moins longtemps possible. Anthéa consacrait fin mai deux journées de réflexion sur ces ados dont personne ne veut (1)

Quand on parle de jeunes « en grande difficulté », on évoque autant les jeunes eux-mêmes que les institutions chargées de les

En lire plus

ANAS - Travailleurs sociaux et usagers

Travailleurs sociaux et usagers : quelles relations ?

Investir l’usager à une place de sujet et non pas de simple objet passif de la relation d’aide implique une attitude professionnelle où prédominent respect et circonspection : est-ce bien toujours le cas ?
 
L’ANAS n’avait pas réussi, loin de là, à remplir la salle en organisant sa réunion débat consacrée à la place des usagers (1). Faut-il en déduire que les professionnels ne sont pas intéressés par ce sujet ? Ou qu’ils craignent la montée des droits de celles et de ceux qui prennent de
En lire plus

Rayons de Soleil de l’Enfance

Quel avenir pour les maisons d’enfants ?

Remis en cause, contestés, parfois même diffamés, les internats sont les premiers à réfléchir à l’évolution de leur pratique. C’était le cas, fin mai en Arles.

La Fédération des Rayons de Soleil de l’Enfance (1) qui regroupe 15 maisons d’accueil à travers tout le pays réunissait ses personnels lors d’un colloque organisé en Arles les 31 mai et 1er juin. Enjeu de cette rencontre : démontrer les capacités des MECS à construire des réponses en adéquation avec les mutations émergeant sur le terrain 

En lire plus

Violence - Bouguenais 2002

L’autorité

▪       L’autorité des adultes sur les enfants dans l’histoire : la fin de la pression communautaire et l’ingérence de l’individu.
▪       Le balancier autoritariste : la Grèce, Rome, le droit de correction paternelle jusqu’en 1935, l’autorité parentale (1970),
▪       Le balancier anti-autoritaire : le pivot de 1968 (il est interdit d’interdire), l’égalité parent/enfant, la non-directivité. La colonisation de l’enfant par les adultes. Le droit de l’enfant à l’amour et non à ce qu’on lui fasse l’amour. Jeunisme
▪       La
En lire plus

ANAS - Prendre rien que notre place mais toute notre place

Les travailleurs sociaux se sont vus affubler du titre de technicien de la relation : en tant que « spécialistes » attitrés du décodage des relations humaines, il se trouvent coincés entre le marteau et l’enclume, entre le charybde du faire à la place de l’usager et le scylla de se voir dicter leur action par une machine (l’ordinateur), une procédure (la logique informatique) ou un professionnel étranger au travail social (le concepteur de programmes). D’où la vigilance nécessaire.

Un questionnement dans l’air du temps

La place de

En lire plus

Rayons de Soleil de l’Enfance Arles - 2002

 Educateur Spécialisé : D’où viens-je, où vais-je, dans quel état j’ère ?

Je vais intervenir aujourd’hui, avec ma double casquette : celle, tout d’abord, d’éducateur dans un service départemental d’aide sociale à l’enfance et celle, ensuite, de journaliste au lien Social. En tant que professionnel de terrain, je suis confronté aux problématiques qui se posent au quotidien en contact avec les familles et les enfants en souffrance. En tant que collaborateur du lien Social, j’ai une immense chance : celle de rentrer régulièrement en relations

En lire plus

ANAS - 2002 - Le droit des usagers

1- Les droits des usagers

La dynamique historique des droits des usagers est à relier avec l’émergence de la place de l’individu qui va progressivement s’imposer face au clan dont il est issu, au fur et à mesure que la démocratie et les droits de l’homme prennent de l’ampleur. C’est que, pendant longtemps, le pire des châtiments n’était pas tant de perdre la vie que d’être banni, d’être mis au ban de la communauté d’appartenance sans laquelle le sujet n’avait pas d’existence.
 
Il est important de répondre à la question : existe-t-il des
En lire plus

Ministère de la Justice

Face au tout répressif, l’éducatif n’a pas dit son dernier mot

Retour sur la réparation pénale qui a fait l’objet d’une journée d’étude proposée par le Ministère de la Justice.

Face à la délinquance des mineurs, l’alternative n’est pas entre excuser (au nom d’une société basée sur l’injustice) ou réprimer (au nom de la tolérance zéro). Il y a de la place pour une réponse citoyenne qui rappelle la loi tout en faisant la place à l’éducabilité de l’individu. Dans notre dossier du 31 mai 2001, nous évoquions la médiation pénale comme une réponse

En lire plus

L’orée - 2001 - Parents / professionnels

Une rencontre au prétoire ?

Pendant longtemps, celles et ceux qui se dévouaient pour l’intérêt général ont été intouchables. L’action sociale largement liée durant des siècles à la charité et au bénévolat relevait de cette même logique. Quant au père, héritier du paterfamilias romain, il faisait la loi chez lui (il gardera jusqu’en 1935 le pouvoir de faire enfermer l’un de ses enfants pour deux mois renouvelables par simple requête auprès du président du tribunal de grande instance !).

Puis, s’est engagé un mouvement de fond d’une société

En lire plus