On sait que

Il n’est pas rare de lire un auteur ou d’entendre un orateur employer ces trois mots assénés comme une sentence. Ce sont sans doute des psychanalystes qui l’emploient le plus. Mais les sociologues ne sont pas en reste. Tout comme certains juristes. « On sait que » est souvent suivi du prophète auquel on se réfère : … « depuis Freud », « depuis Lacan », « depuis Foucault », « depuis le doyen Carbonnier » … On devrait plutôt dire, « ce que dit la doctrine élaborée par … ». La méthode scientifique n’établit jamais de vérité absolue, mais tente de s’approcher le plus près possible d’une réalité qui lui échappe toujours peu ou prou. Toute découverte fait l’objet d’un descriptif particulièrement précis des modalités l’y ayant conduit. Cela permet aux équipes de chercheurs de la reproduire, en essayant de l’invalider. Et tant qu’on n’a pas réussi à la réfuter en démontrant au mieux les biais, les erreurs de calcul, les confusions, au pire les fraudes qui la traversent, on va considérer que « dans l’état actuel des connaissances », les conclusions qui en émanent semblent parmi le plus plausibles … Jusqu’à ce qu’une nouvelle démonstration prouve le contraire et remette en cause des hypothèses pourtant admises. Pour ce qui est de la psychologie sociale, les mécanismes ne sont guère éloignés. Des expériences comme celles d’Ash sur le conformisme, de Milgram sur la soumission à l’autorité ou de Rosenthal sur les prophéties autoréalisatrices ont été reproduites à travers le monde, faisant l’objet de critiques et de remises en cause partielles. Il est donc difficile de dire « on sait » depuis Ash, Milgram ou Rosenthal. Il ne s’agit pas pour autant de renoncer par principe à s’appuyer sur tout concept. Il est légitime de s’en revendiquer, de l’appliquer et d’en défendre la validité. Mais pas en le présentant comme une vérité révélée, admis universellement, faisant autorité. Car, on tombe alors dans le dogmatisme, dans la croyance mythique et dans la foi doctrinaire.

 

Jacques TrémintinLIEN SOCIAL ■ n°1301 ■ 21/09/2021

A chacun de vos passages sur la page d'accueil, un choix aléatoire de textes archivés s’affiche :
Depenne Dominique - Déontologie et éthique
dans Interviews
Dominique Depenne, titulaire d’un doctorat en sociologie politique, est devenu formateur au campus des métiers du social Buc-Ressources, après avoir exercé comme éducateur spécialisé et chef de service éducatif. Auteur de plusieurs ouvrages dont « Éthique et accompagnement en travail social », il revendique ici la force du questionnement éthique face au carcan de la morale et de la déontologie....
Depenne Dominique - Idéologie techniciste
dans Interviews
 « L’idéologie techniciste est une idéologie de déshumanisation du travail social » Derrière la revendication d’efficacité se cache une quête d’opérationnalité performante et de rentabilité, l’esprit techniciste remplaçant la rencontre par la suspicion et la peur face à autrui qu’il cherche à maîtriser. Pourquoi affirmez-vous que le technicisme fonctionne aux antipodes de la rencontre ?Dominique...
Avancée ou stagnation dans la lutte contre les agressions sexuelles sur mineur(e)s ?
Beaucoup de polémiques à propos d’une loi saluée pour certaines de ses avancées et vilipendée pour ses manques.Qu’en est-il ? Deux affaires récentes ont particulièrement ému l’opinion publique, poussant le législateur au vote de la loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Le 7 novembre 2017, un homme accusé du viol d’une fillette de 11 ans était ...
Chasse aux sorcières en Loire Atlantique
dans Articles
Lien Social avait posé la question, lors de ses journées d’étude de 1999 : « les travailleurs sociaux doivent-ils être des militants ? ».Parmi les 365 participants, 80 % d’alors avaient répondu « oui ». Autre temps, autre mœurs. Christel Husson n’a jamais caché son engagement militant, qui avait d’ailleurs été considéré par la commission de recrutement comme un atout. Et, de fait, elle fut ...
Du nomadisme à la resocialisation
 Utiliser l’itinérance pour stabiliser des jeunes désocialisés : un paradoxe mis en oeuvre par un lieu de vie finistérien et qui marche ! Ribinad signifie en breton « passage étroit », « brèche » ou « bout de chemin ». L’association portant ce nom anime une structure d’accueil non traditionnelle qui accompagne un moment de la vie de jeunes de 14 à 21 ans, en grande difficulté sociale ou ...
La thérapie par le rugby - ITEP - Rennes (35)
Le sport développe l’esprit de compétition. Mais, pas seulement. Il peut aussi être un formidable support de socialisation. C’est l’objectif recherché par le Challenge national de Rugby Inter-ITEP organisé chaque année, dans une ville différente de l’hexagone. Une compétition de rugby regroupant 336 enfants, cela n’a rien d’exceptionnel. Quarante huit équipes qui convergent des quatre coins de...

« Bienvenue sur le site de Jacques Trémintin, travailleur social qui n’a cessé d’écrire. Référent à l’aide sociale à l’enfance de 1992 à 2020, partie prenante de Lien Social de 1995 à 2023, contributeur au Journal du droit des jeunes de 1995 à 2017, pigiste dans le Journal de l’animation depuis 1999… l’accompagnement des enfants et familles, le maniement de la plume ou du clavier, l’animation de colloques ou de formations répondent au même plaisir de transmettre. Ce que fait aussi ce site, dont le contenu est à libre disposition à une seule condition : savoir garder son esprit critique et ne rien considérer d'emblée comme vrai ! »

Retrouvez les sites

du Journal de l’animation : www.jdanimation.fr
et de mon collègue et ami Didier Dubasque : www.dubasque.org