À quoi sert la philanthropie ?

MINOT Didier, Éd Charles Leopold Mayer, 2019, 203 p.

La philanthropie serait un engagement au service du bien commun. En fait, elle est fondée sur un paradoxe : soulager d’une main la misère qu’elle a créée de l’autre ! « Les riches ont toujours légitimé leur situation, en faisant preuve de générosité » rappelle Didier Minot (p.29). Il serait logique de concevoir que ces démarches caritatives travaillent à leur disparition. Elles ne font, en fait, que circonscrire les inégalités, pas de s’y attaquer : aucun de ces riches donateurs ne veut

En lire plus

Du social business à l’économie solidaire. Critique de l’innovation sociale

COLER Patricia, HENRY Marie-Catherine, LAVILLE Jean-Louis, ROUBY Gilles, Éd. érès, 2020, 331 p.

Si la conception dominante de l’innovation sociale consistait à approfondir toujours plus la démocratie, en intégrant de nouvelles formes d’expression publique des citoyens, salariés et usagers. Si elle avait pour ambition d’accompagner les initiatives et projets à vocation sociale, solidaire et écologique. Si elle était fondée sur la subordination de l’économie à des objectifs d’émancipation. Mais, ce qu’elle cherche à nous vendre, c’est

En lire plus

Il faut s’adapter. Sur un nouvel impératif politique

STIEGLER Barbara, Éd. Gallimard, 2019, 336 p.

Mais d’où vient ce sentiment diffus, mais généralisé, d’un retard impliquant la nécessité d’évoluer, en s’adaptant aux mutations d’un nouvel environnement instable, complètement changeant et ouvert ? Barbara Stiegler fait remonter la généalogie de cet impératif à l’américain Walter Lippmann. Sans y voir là l’unique source d’un néolibéralisme aux expressions multiples, elle met à jour une idéologie dont bien des discours contemporains semblent s’inspirer. La grande dépression des années 1930 avait

En lire plus

Les loges du social, Histoire d’un borgne out

BENNAÏ Frédéric, Éd. Les 3 Colonnes, 2018, 137 p.

On les croit inoxydables, imperturbables et résistants à toutes les confrontations possibles et inimaginables. Peu s’interroge sur l’usure des professionnels en protection de l’enfance. Frédéric Bennaï le fait ici avec habileté et sobriété, en mettant en scène un travailleur social de l’Aide sociale à l’enfance aux prises avec les démons du public qu’il accompagne. Ni bureau des pleurs, ni cynisme, juste beaucoup d’humour et d’auto-dérision pour décrire cette contamination insidieuse et

En lire plus

Régie de quartier et résilience

NORYNBERG Patrick, Éd L’Harmattan, 2020, 173 p.

Tout ce que le lecteur a toujours voulu savoir sur les Régies de quartier n’est bien sûr pas là, l’auteur n’ayant pas la prétention à l’exhaustivité. Mais, il pourra trouver sous la plume de Patrick Norynberg le récit enthousiaste et passionné de la naissance, de la croissance et du déploiement du « bébé » dont il est le fondateur et président. Voyant le jour à la fin des années 1990, la Régie du Blanc Mesnil a d’abord répondu, comme ses cent quarante consœurs réparties dans l’hexagone, à la

En lire plus

Il était un éducateur

RUIZ François, Éd. Les Impliqués, 2021, 276 p.

Voilà un parcours de quarante ans au cœur des institutions accueillant des enfants placés qui risque de devenir rare, alors que les postes de responsabilité sont de plus en plus confiés à des personnes inexpérimentées face aux usagers. D’où l’intérêt de le lire. Avant de devenir Directeur de foyer, François Ruiz a commencé comme éducateur. Puis il devient chef de service. L’auteur a mille occasions ici d’évoquer sa riche et longue expérience. C’était un temps que les moins de vingt ans n’ont pas

En lire plus

Les contrebandiers de l’éducatif

TOUIL Ahmed Nordine, Éd. L’Harmattan, 2021, 281 p.

Les maisons de correction furent fermées en 1979, car loin de juguler la déviance des jeunes, elles ne faisaient qu’accélérer leur carrière délinquante. Nombreux sont ceux qui crièrent à leur reconstitution, lorsque les programmes des Centres éducatifs renforcés et Centres éducatifs fermés furent lancés. Il y avait incompatibilité entre éducation et coercition. Le livre d’Ahmed Nordine Touil propose une immersion ethnologique dans l’expérience de la navigation éducative par temps calme et par

En lire plus

L’éducateur spécialisé confronté à " l’incasabilité "

SANOGO Karim, Éd. L’Harmattan, 2020, 182 p.

« Le jeune n’est pas adapté à notre établissement » explique ce directeur, une autre préférant : « notre établissement n’est pas adapté à la problématique du jeune. » Comment expliquer qu’un secteur créé pour accueillir de jeunes inadaptés refuse ceux qui le sont ? Incasables, inclassables, situations complexes, jeunes en grande souffrance psychique sont ainsi renvoyés d’un lieu d’accueil ou de soin à un autre, comme des patates chaudes dont on se débarrasse. Et si, plutôt que de les stigmatiser

En lire plus

Oubliez tout ce que vous savez sur les assistantes sociales

KOWALCZUK Stella, Ed. Chapitre.com,

Saison 2 (2018, 207 p.) - Saison 3 (2019, 217 p.) - Saison 4 (2019, 265 p.) - Saison 5 (2020, 301 p.)

Nous avions laissé la chronique des aventures Gwendoline Guérande, assistante sociale de son état, en 2018, lors de la publication de son premier tome (cf LS 1246). Ses improbables péripéties se sont prolongées tout au long des quatre opus suivants. La trame romanesque n’a pas changé. Alternent des chapitres où s’exprime la travailleuse sociale, suivis du récit à la première personne par l’usager qu’elle

En lire plus

Le maintien à domicile. Une histoire transversale (XIXème -XXIème S.)

CAPUANO Christophe, Éd. Rue d’Ulm, 2021, 110 p.

L’obsession de vouloir réduire le coût de la dépendance des personnes âgées et handicapées, par leur maintien à domicile n’est pas récente. Les tentatives pour placer les publics les plus fragiles hors-les-murs ont prévalu depuis longtemps. Quand le capitalisme a imposé une nouvelle valeur humaine fondée sur la seule capacité productive de l’individu, les plus vulnérables n’ont plus eu de place dans le large éventail des activités économiques agricoles et artisanales. Ils sont devenus des

En lire plus