La médiation, essai de politique pénale

Jacques FAGET, érès, 1997, 210 p.

L’institution judiciaire n’est pas immuable. Elle subit les critiques et s’adapte aux évolutions du temps. Depuis le début des années 80, toute une série d’accusations et de mutations a eu lieu. C’est d’abord la contestation de son efficacité tant du point de vue sécuritaire (pas assez répressive), qu’au contraire pour son côté incitatif (le taux de délinquance augmenterait proportionnellement à l’importance de son activité). C’est ensuite l’apparition sur la scène judiciaire des victimes qui réclament

En lire plus

Pauvretés en prison

Anne-Marie MARCHETTI, érès, 1997, 222 p.

La société a toujours distingué entre les bons pauvres (ceux qui se trouvent dans cet état à leur corps défendant comme les malades et les vieillards) et les mauvais pauvres (les individus valides coupables de ne pas respecter les normes dominantes). La clientèle des prisons a toujours fait partie de cette seconde catégorie. Cela explique que si aujourd’hui, on ne meurt plus de faim ni de froid dans les geôles, la dépense d’argent pour améliorer les conditions de détention, est toujours de trop pour

En lire plus

Les prisons de la honte

Michel NAUSSIAT, Editions Desclée De Brouwer, 1998, 142 p.

Après 20 ans passés derrière les barreaux, Michel Naussiat a craqué. Son seul crime est d’avoir exercé le ministère du culte auprès de centaines de taulards qui se sont succédés dans ce cul-de-basse-fosse que constitue la maison d’arrêt du Mans. Mais l’aumônier ne se retire pas sur la pointe des pieds. Il a accompagné sa démission d’une lettre ouverte au ministre de la Justice. Son coup d’éclat paraît le 15 juillet 1997 à la une de Ouest-France. Le résultat ne se fait pas attendre. La

En lire plus

Histoire du personnel des prisons françaises du XVIIIème siècle à nos jours

Christian Carlier, Les éditions de l’Atelier, 1997, 261 p.

La prison est devenue à notre époque la pénalité majeure à laquelle peut être condamné tout délinquant. Cela n’a pas toujours été le cas. Ainsi, l’ordonnance criminelle de 1670 énumère-t-elle bien l’amende, les châtiments corporel ou infamant et les deux mesures les plus décernées en matière criminelle (le bannissement et les galères), mais d’emprisonnement, point. Pendant très longtemps l’enfermement intervenait comme transition avant la mort, l’exil ou un transfert. Les nombreuses

En lire plus

L’univers pénitentiaire - Du côté des surveillants de prison

Dominique Lhuilier et Nadia Aymard, Desclée de Brouwer, 1997, 287 p.

Les évolutions et ruptures socio-économiques se sont toujours répercutées au sein des institutions en charge du contrôle et de l’ordre social. Le système pénitentiaire n’a pas échappé à cette règle. Depuis une quinzaine d’années, de multiples transformations y ont eu lieu. En tout premier, du côté de la population carcérale qui a connu des modifications tant quantitatives (le nombre de détenus a augmenté de 50%) que qualitatives (de moins en moins de délinquants issus du

En lire plus

Chroniques de l’enfance en danger

Odile BARRAL, Le Cherche midi éditeur, 1997, 183 p

Six années durant Odile Barral a exercé comme juge des enfants dans le sud-ouest de la France. Au point qu’elle a eu envie d’en faire un livre. «Chroniques de l’enfance en danger» nous invite à un périple, à un véritable voyage au pays de la misère et de l’insolite, de la détresse et de la tendresse. Tous les drames nous sont contés: inceste, délinquance, problèmes familiaux, violence. Mais que de personnalités attachantes. Ces gosses perdus, le magistrat les gardera longtemps dans sa

En lire plus

Le guide du prisonnier

Observatoire International des Prisons, Editions de l’Atelier, 1996, 349 p.

Ce guide n’est subversif que dans la mesure où est subversif le fait de mettre à disposition du citoyen même incarcéré la connaissance de ses droits. Sa consultation par le détenu et sa famille (sans oublier les travailleurs sociaux ou avocats l’ayant en charge) permet de répondre à une foultitude de questions et de problèmes. Présenté d’une manière attractive et utile, chacun peut y trouver son compte.

Ainsi de distinction entre les 118 Maisons d’Arrêt (destinées

En lire plus

La police hors-la-loi. Des milliers de bavures sans ordonnances depuis 1968

Maurice Rajsfus, Le Cherche Midi Editeur, 1996, 391 p.

1993 : Un garçon de 20 ans fume dans le hall de son immeuble. Arrive une voiture de police. Le jeune-homme remonte précipitamment dans son appartement. Réaction suspecte s’il en est: il est rattrapé dans les escaliers par trois policiers qui très vite le menottent et le rouent de coups. Son père et son frère interviennent et sont à leur tour malmenés. Les deux frères sont embarqués et au terme de la garde à vue sont inculpés « d’outrage à agent ». Un tel événement ne peut se passer que

En lire plus

Les jeunes face à la justice pénale - Analyse critique de l’application de l’ordonnance de 1945

Francis Bailleau, Syros, 1996, 236 p.

On assiste depuis quelque temps à un battage médiatique autour de l’Ordonnance de 1945 qui est présentée comme inadaptée à l’évolution de notre société. Pire, c’est un tableau apocalyptique qui nous est souvent dressé de ces adolescents délinquants interpellés en flagrant délit et qui seraient relâchés aussitôt par une justice  laxiste. A entendre certains, ce serait le règne de l’impunité et la domination de l’insécurité avec comme principales coupables une déficience, voire une démission des

En lire plus

Ecriture et secret

Sous la direction de Catherine BLATIER et Jacques BOURQUIN, CNFEPJJ, 1995, 160 p.

L’Ordonnance du 2 février 1945, en instaurant la fonction de Juge des Enfants, a voulu donner à la justice des mineurs un véritable chef d’orchestre. Et celui-ci a des pouvoirs inconnus de tous ses collègues. Il est, en effet, à la fois juge du civil (au titre de la Loi de 1958 sur la protection de l’enfance en danger) et juge du pénal (concernant donc l’enfance délinquante). Il assure l’instruction de ses dossiers, leur jugement et même le suivi de

En lire plus