La France malade du travail

Jacques DE BANDT, Christophe DEJOURS, Claude DUBAR, Bayard Editions, 1995, 207 p.

Pour les auteurs, la crise est triple.

Il s’agit tout d’abord d’une phase de transition entre une société industrielle marquée par une forte croissance et un nouveau modèle qui reste à trouver (mais qui assumerait les formes rénovées de technologie, de rapports de production et d’organisation sociale).

La deuxième forme de la crise, elle, est directement liée aux comportements inadaptés des principaux acteurs économiques. Les gouvernements ont successivement

En lire plus

Vers un nouveau contrat social

Guy Roustang, Jean-Louis Laville, Bernard Eme, Daniel Mothé, Bernard Perret, Editions Desclée de Brouwer, 1996, 186 p.

Beaucoup plus intéressant, cet ouvrage qui pose des questions qui vont bien au-delà de l’horizon bien trop souvent borné des économistes traditionnels.

Le choix de départ est clair. Si le marché s’impose à nous comme un vecteur incontournable, laisser sa logique tentaculaire s’imposer librement représente un potentiel extraordinairement destructeur pour l’homme et la nature.

La période de fort essor qui s’est terminée dans

En lire plus

Les métamorphoses de la question sociale - Une chronique du salariat

Robert CASTEL, Fayard, 1995, 490 p.

Pendant très longtemps, la société a existé sans social: l’individu était encastré dès sa naissance dans un réseau de contraintes reproduisant les injonctions de la tradition et de la coutume. L’aumône, l’hôpital tout comme l’orphelinat émergent comme compensation à une faillite de la communauté qui n’auto-régule plus ses exclus. Dès le XII ème siècle les municipalités et ce, bien avant les institutions religieuses, ont réagi aux facteurs de dissociation sociale apparue avec le développement des cités. Deux

En lire plus

Le grand mensonge: l’emploi est mort, vive l’activité!

Michel Godet, Fixot, 1994, 303 p.

Quand Godet nous en sert a la louche !      

A l’heure où le nouveau président et le nouveau gouvernement annoncent la couleur et présentent leurs différents programmes d’action, il est intéressant de se tourner vers ce qui semble constituer  certaines de leurs principales sources d’inspiration.

A la rentrée de septembre 1994, paraissait un ouvrage d’un spécialiste de la prospective, Michel Godet, au titre intriguant et un tant soit peu provocateur: « Le grand mensonge: l’emploi est mort, vive

En lire plus